Le don du sang a réuni malgré la pandémie

A l’occasion de la journée mondiale du don du sang, la doctoresse Amira Sarraj, directrice ...
Le don du sang a réuni malgré la pandémie

A l’occasion de la journée mondiale du don du sang, la doctoresse Amira Sarraj, directrice du Centre régional neuchâtelois et jurassien de transfusion, fait un point de situation. Elle constate que les donneurs ont répondu présents, malgré le semi-confinement

Les collectes de sang se sont poursuivies malgré le semi-confinement (Photo : illustration) Les collectes de sang se sont poursuivies malgré le semi-confinement (Photo : illustration)

Le don du sang n'a pas été victime de la crise du Covid-19. Ce geste citoyen est mis en avant dimanche à l’occasion d’une journée mondiale. Si la saison estivale est toujours une période critique, celle du confinement s’est globalement bien déroulée. Les centres de transfusion ont toutefois noté un surplus lors du semi-confinement, car l’activité médicale était en stand-by. La doctoresse Amira Sarraj, directrice du Centre régional neuchâtelois et jurassien de transfusion, explique que quelques unités de sang ont ainsi dû être jetées. Une pratique qui se produit aussi en temps normal, même si les centres de transfusion font tout pour l’éviter. Lors de la reprise des activités des hôpitaux, une pénurie s’est ensuite fait sentir. La situation s’est maintenant stabilisée, mais certains cantons, notamment celui de Berne, restent à limite.


Volonté de se rendre utiles mais retraités confinés

Beaucoup de donneurs ont répondu présents, malgré les risques sanitaires et les changements d’organisation, qui ont occasionné des déplacements imprévus au début du semi-confinement. La doctoresse Amira Sarraj loue la disponibilité des donneurs, et dit avoir ressentir une véritable volonté d’aider. Une population n’a toutefois pas pu se rendre dans les centres de collectes : il s’agit des donneurs de plus de 65 ans, toujours jugés à risques. Ceux-ci représentent une part de 15%, et sont de fidèles habitués, puisque les nouveaux donneurs ne sont acceptés que jusqu’à 60 ans. Les responsables des centres de collectes espèrent que la situation sanitaire s’améliore suffisamment pour pouvoir les convoquer à nouveau prochainement. /nbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus