« Cette passion est pire qu’une maladie »

L'Espace Courant d'Art à Chevenez accueille à nouveau les visiteurs. L'exposition marque 50 ...
« Cette passion est pire qu’une maladie »

L'Espace Courant d'Art à Chevenez accueille à nouveau les visiteurs. L'exposition marque 50 années de passion pour l'art du galeriste Yves Riat

La galerie accueille des oeuvres d'artistes de tous les horizons. La galerie accueille des oeuvres d'artistes de tous les horizons.

Une exposition pour marquer un demi-siècle de passion pour les beaux arts. L'espace Courant d'Art à Chevenez accueille depuis quelques jours une nouvelle exposition. L'occasion de marquer le retour des visiteurs dans l'immense espace ajoulot, et par la même occasion, marquer les 50 années de passion du galeriste Yves Riat.


Une exposition composée « naturellement »

Quoi de mieux, pour célébrer 50 années de passion des beaux-arts, qu’une exposition ? Yves Riat a donc aménagé les murs de sa galerie avec des œuvres qui l’ont marqué, des pièces rares, particulières, régionales ou aux origines lointaines. « La sélection s’est faite naturellement, raconte le galeriste. J’y ai réfléchi pendant le confinement. Mais il est vrai que je n’ai pas pu montrer tout ce que j’aurais voulu. Peut-être qu’il faudra faire une deuxième exposition » dit-il en souriant.  D’ailleurs, Yves Riat est bien emprunté lorsqu’on lui demande combien d’œuvres possède la galerie. « Je n’en ai aucune idée, mais je m’en fiche un peu. »

L'exposition sera visible jusqu’au 26 juillet. les visiteurs pourront découvrir les œuvres d’artistes Suisses comme Coghuf, mais aussi des artistes du monde entier comme le Français BEN ou l'Espagnol Antoni Tàpies. Une ouverture officielle de la galerie est également prévu, mais "j'ai le temps, explique Yves Riat. Il s'agira surtout de pouvoir respecter les distances. Le coronavirus n'a pas disparu, il faut rester méfiant."


L'histoire du Jura à travers les oeuvres

L'histoire de la galerie est également lié à celle du canton. Dans une pièce, il y a cette gravure emblématique d'Ernst Stocker, alias Coghuf qui représente des potences dans un paysage dévasté. La gravure était devenu le symbole de la lutte contre l'implantation d'une place d'armes dans les Franches-Montagnes entre le début des années 1960 et le milieu des années 1970 :


Yves Riat : « Coghuf était féroce contre ces militaires qui avaient l'intention d'installer une place d'armes »

En cinquante années d’activité, Yves Riat a rencontré un nombre incalculable d’artistes. Chaque tableau déposé dans sa galerie lui rappelle une anecdote ou un événement. Lorsqu'il passe à côté d'une caisse de transport aérien, il se souvient d'un artiste australien. Mais il y a un tableau devant lequel il s’arrête, une œuvre de la Catalane Conxa Bravo. Une artiste qui a particulièrement marqué le galeriste :

Yves Riat : « Je l'ai rencontrée avant que la galerie existe, cela a été un moteur pour moi »

Des histoires comme celle-ci, Yves Riat pourrait en raconter une pour chaque tableau qu'il retourne. Et après 50 années dédiées presque exclusivement à sa passion pour les beaux-arts, une passion pire qu'une maladie dit-il, la flamme est toujours intacte :

Yves Riat : « à mon âge, je pourrais faire un peu de chaise longue, mais non »

L'exposition estivale de l'Espace Courant d'Art est ouverte le jeudi de 19h30 à 21h30 et le dimanche de 15h à 18h30, jusqu'au 26 juillet. /tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus