Les vététistes en tombent de leur selle

La communauté du VTT ne digère pas les restrictions imposées par l’Office jurassien de l’environnement ...
Les vététistes en tombent de leur selle

La communauté du VTT ne digère pas les restrictions imposées par l’Office jurassien de l’environnement depuis le début du mois, une page Facebook rassemble même un millier de sympathisants ces derniers jours

Sur les hauteurs de Vicques, des panneaux interdisent désormais l'accès aux pistes de VTT dites illégales. Certaines sont utilisées depuis de nombreuses années. Sur les hauteurs de Vicques, des panneaux interdisent désormais l'accès aux pistes de VTT dites illégales. Certaines sont utilisées depuis de nombreuses années.

Devant un sentier de Vicques, son terrain de jeu favori, Loris Hintzy n’en croit pas ses yeux. Derrière le récent panneau qui annonce que ce sentier est illégal, un jeune arbre fraîchement coupé par le garde forestier obstrue la piste de VTT. L’Office de l’environnement avait effectivement annoncé au début du mois que les pistes tracées illégalement seraient désormais interdites, certaines étant couramment utilisées depuis plusieurs années. « On est tombé de haut. La dernière fois que l’on a eu à faire à l’Office de l’environnement, c’était lors d’un forum fin 2017. Depuis, plus aucun dialogue. Et là, on se retrouve avec des interdictions », s’étonne Loris qui échange depuis plusieurs jours avec de nombreux membres de la communauté des vététistes.

L'incompréhension des vététistes

Mais ce manque de dialogue est démenti par les services du canton. « Le dialogue remonte justement à ce forum. On est prêt à officialiser quelques pistes afin de concentrer ces activités et donc les nuisances qu’elles peuvent susciter. Il faut que les gens comprennent que l’on a aussi un besoin de respect de la nature et que l’on est contraint de fixer un cadre », rétorque Laurent Gogniat, chef adjoint de l’Office de l’environnement. Plus que le fond, c’est surtout la manière qui détonne pour Loris Hintzy. « Moins d’une semaine après la décision du canton, on s’est retrouvé à Vicques avec de jeunes arbres abattus qui barrent les sentiers. Comment expliquer ça et tolérer ça ? » questionne celui qui est également responsable de l’école du VTT club Jura.

Un jeune arbre abattu pour couper le sentier. Un jeune arbre abattu pour couper le sentier.

« Ce sont les autorités communales qui ont décidé de cet abattage », répond Laurent Gogniat en ajoutant que « ces sentiers posaient des problèmes à des citoyens de Vicques ». Ce sont justement ces pratiques sans sommations qui sont dénoncées via des photos, des vidéos sur la page Facebook « Oui au VTT dans le Jura ». En quelques jours, elle a fédéré un millier de sympathisants. Loris Hintzy, à l’origine de certaines publications, assure pourtant que les vététistes ne veulent pas la guerre. Ces amateurs de sensations fortes espèrent renouer le dialogue avec le canton, mais prévoient aussi d’alerter le Gouvernement jurassien avec l’appui des clubs de la région. /jpi

Laurent Gogniat : « Contraint de fixer un cadre »

Loris Hintzy : « un décalage entre la pratique moderne du VTT et celle voulue par les autorités »


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus