Des jobs d’été qui font un tabac

Des cultivateurs de tabac de la région ont croulé sous les candidatures, les jeunes étudiants ...
Des jobs d’été qui font un tabac

Des cultivateurs de tabac de la région ont croulé sous les candidatures, les jeunes étudiants français auraient de la peine à trouver du travail dans les entreprises affaiblies par la crise

L'exploitation de Michel Fridez, à Buix, a reçu plus d'une cinquantaine de candidatures. L'exploitation de Michel Fridez, à Buix, a reçu plus d'une cinquantaine de candidatures.

Michel Fridez n’a jamais vraiment rencontré de difficultés pour trouver des travailleurs saisonniers. Mais cette année, c’est la cohue chez ce cultivateur de tabac basé à Buix. « On a reçu plus d’une cinquantaine de demandes, au moins le double des années précédentes. Notamment parce que des jeunes étudiants français n’ont pas trouvé de travail dans les entreprises en raison de la crise », avance Michel Fridez qui a même dû refuser du monde. La quasi-totalité de ses employés viennent en effet de France voisine où il est actuellement difficile de décrocher un job d’été confirme Léo, 19 ans.

Reportage

« J’avais déjà travaillé ici mais ne pensais pas revenir cette année. Mais en France, il n’y avait pas grand-chose à cause de la crise. Je sais que des amis ont aussi cherché, mais n’ont eu aucun résultat. Ce sont souvent des refus, voire pas de réponse. Donc revenir ici était pour moi la solution de facilité », avoue Léo. Pour les entreprises, les jobs d’été représentent un poids économique, « mais je pense aussi qu’elles veulent éviter d’embaucher hors de leur contingent pour limiter les risques sanitaires » estime Michel Fridez. Ce dernier demande d’ailleurs à ses travailleurs saisonniers de respecter autant que possible les distances physiques, de se désinfecter régulièrement les mains et, évidemment, de ne pas boire à la même bouteille. « Ça reste une épée de Damoclès. Si tout s’arrête d’un jour à l’autre, c’est la catastrophe pour nous », confie l’exploitant ajoulot. /jpi

Michel Fridez (à gauche) hisse les feuilles de tabac en vue du séchage avec l'aide des travailleurs saisonniers. Michel Fridez (à gauche) hisse les feuilles de tabac en vue du séchage avec l'aide des travailleurs saisonniers.


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus