« La liberté et la prospérité de la Suisse passent par la sécurité »

Le Comité jurassien « OUI à la sécurité aérienne » a présenté mardi ses arguments pour l’acquisition ...
« La liberté et la prospérité de la Suisse passent par la sécurité »

Le Comité jurassien « OUI à la sécurité aérienne » a présenté mardi ses arguments pour l’acquisition de nouveaux avions de combat par la Confédération

Le Comité jurassien « OUI à la sécurité aérienne » avec de gauche à droite, Patrick Riat, chef d’entreprise et président de la FER-Arcju ; Anne-Sophie Sperisen, CEO de Soloswiss SA à Porrentruy ; Georges Humard, chef d’entreprise et président de la CCIJ, Charles Juillard, conseiller aux Etats (PDC) ; Gaël Lachat, Chief Air Defense et pilote militaire professionnel ; Fabien Kohler, président de la Société jurassienne des officiers ; Xavier Brunner, membre du Comité directeur du PLR et Didier Spies, député et représentant l’UDC. (Photo : CCIJ) Le Comité jurassien « OUI à la sécurité aérienne » avec de gauche à droite, Patrick Riat, chef d’entreprise et président de la FER-Arcju ; Anne-Sophie Sperisen, CEO de Soloswiss SA à Porrentruy ; Georges Humard, chef d’entreprise et président de la CCIJ, Charles Juillard, conseiller aux Etats (PDC) ; Gaël Lachat, Chief Air Defense et pilote militaire professionnel ; Fabien Kohler, président de la Société jurassienne des officiers ; Xavier Brunner, membre du Comité directeur du PLR et Didier Spies, député et représentant l’UDC. (Photo : CCIJ)

L’acquisition de nouveaux avions de combat par la Confédération pourrait profiter au Jura. Le Comité jurassien « OUI à la sécurité aérienne » a présenté ses arguments aujourd’hui en vue de la votation du 27 septembre. Cette alliance réunit des acteurs politiques de droite et du centre, ainsi que des milieux économiques. Ces derniers estiment qu’ « une économie stable est une économie sûre », comme le souligne Georges Humard, entrepreneur et président de la Chambre de commerce et d'industrie du Jura. Les entreprises de la région espèrent également pouvoir obtenir une part des affaires compensatoires, qui s’élèveront à 60% de l’enveloppe des six milliards de francs. Un peu plus d’un milliard devrait revenir à la Suisse romande.

« Le Jura a le savoir-faire pour pouvoir répondre aux offres », selon Georges Humard

Le Comité jurassien « OUI à la sécurité aérienne » souligne également la nécessité de garantir la sécurité du ciel helvétique avec des capacités de défenses adéquates. La Confédération doit remplacer sa flotte de F/A-18 qui atteindra sa limite en 2030. Elle entend acheter des avions modernes et multirôles dotés de capacités d’accélération et de vitesse supersonique, avec des radars très performants : « Nous devons pouvoir assurer nos missions de police de l’air et de défense de l’espace aérien. Il faut pouvoir intervenir le plus vite possible et avoir les moyens d’intercepter les avions qui représentent une menace, ainsi que les armes pour pouvoir les détruire si nécessaire », explique le Vadais Gaël Lachat, pilote militaire et chef de la centrale d’engagement de la défense aérienne.

« La Suisse a besoin d’avions modernes », explique Gaël Lachat

Le président du Comité jurassien « OUI à la sécurité aérienne » et conseiller aux Etats Charles Juillard viendra débattre de l’acquisition des nouveaux avions de combat jeudi dès 8h35 sur RFJ. Il sera opposé au conseiller national Pierre-Alain Fridez. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus