Conseil de ville animé à Moutier

Quatre heures pour venir à bout de l'ordre du jour lundi soir. Les deux crédits soumis aux ...
Conseil de ville animé à Moutier

Quatre heures pour venir à bout de l'ordre du jour lundi soir. Les deux crédits soumis aux élus ont été acceptés, non sans discussions concernant l'achat d'un camion-poubelles

Vote masqué, mais vote quand même. Vote masqué, mais vote quand même.

Chaude soirée à Moutier. Les membres du Conseil de ville auront dû tenir près de 4 heures sous la moiteur des masques lundi soir avant de venir à bout d’un ordre du jour copieux. Alors que les finances de la ville sont ancrées dans les chiffres rouges, deux importants crédits ont été acceptés par les élus. Il s’agissait d’abord d’un montant d’1,3 million de francs pour la réfection totale du carrefour du Graitery. La dépense, qui sera soumise au peuple en raison de sa hauteur, a été validée sans trop de discussions. D’aucuns ont reconnu son caractère indispensable.


Un camion sous tension

Le second point a fait l’objet d’un débat plus intense. Il visait le remplacement du camion-poubelles actuel, en fin de vie, par un nouveau modèle électrique. Patrick Roethlisberger (PLR) a critiqué un rapport lacunaire des autorités. De son côté, l’UDC Francis Carnal a estimé que le passage à l'électrique était prématuré. « Les batteries de ces véhicules n’ont rien d’écologique. Il vaut mieux racheter un véhicule à essence et voir dans 10 ans où en est la technologie », a-t-il suggéré. C’est finalement le modèle électrique qui a été retenu par 27 voix contre 14. « Le camion est plus cher oui, mais les coûts s’équilibrent avec les années », a défendu le conseiller municipal Valentin Zuber. La dépense s’élève à 775'000 francs.


EJC : fin du débat ?

Les problèmes de facturation excessive relevés à l’Ecole à journée continue ont également animé la séance d’hier soir. La Commission de gestion et de surveillance (CGS) est revenue sur les erreurs de calcul mises au jour en septembre 2019. La commune devra bel et bien rembourser le canton pour avoir touché des subventions trop élevées sur 5 ans, mais elle rendra moins que prévu. Les autorités cantonales reconnaissent la bonne foi de la Municipalité dans cette affaire et renoncent à 50% de leur dû. Au final, la charge nette finale dans les comptes de la ville s’élève à 155'000 francs. Le canton a déjà été remboursé en partie. Un montant maximal de 128'000 francs servira aussi à rembourser les parents lésés. « Canton et commune ont collaboré de manière admirable pour trouver des solutions. C’est une erreur regrettable, mais nous pouvons aller de l’avant », a soufflé hier soir la conseillère municipale Suzanne Kohler, en charge du dossier.


Plainte possible pour discrimination

Enfin, l'Entente jurassienne n'a pas goûté à la communication de la Chancellerie d'Etat bernoise à propos du registre électoral de la ville. Dans une interpellation déposée hier soir, elle demande au Conseil municipal si ce dernier entend déposer une plainte ou une dénonciation en raison de « propos discriminatoires » et de « dénigrement des autorités ». En cause tout spécialement : les interrogations formulées par la Chancellerie concernant l'arrivée à Moutier de personnes au chômage ou bénéficiaires de l'aide sociale et les  « risques d’influence » de ces personnes en lien avec le prochain vote sur l'appartenance cantonale de la ville. Le thème du registre électoral a d'ailleurs fait l'objet d'une longue passe d'armes entre antiséparatistes et autonomistes hier soir. Les premiers ont continué à remettre en cause la tenue du document, les seconds ont répété que le travail a été fait correctement. 


Le Conseil de ville de Moutier en bref :

Le législatif a encore :

- Accepté par 40 voix et une abstention la création d'un poste d'informaticien technique à 100%.

- Accepté par 32 voix et 9 abstentions la création d'un poste de chargé de mission au Service de la jeunesse et des actions communautaires à 50%.

- Accepté à l'unanimité puis classé comme étant réalisée une motion de l'UDC Francis Carnal pour une collecte des déchets efficiente à Moutier.

- Refusé par 25 voix contre, 12 pour et 4 abstentions la motion urgente de Muriel Käslin (PLR) « Modifications légales nécessaires à apporter aux règlements qui permettraient une aide aux commerçants et aux indépendants de Moutier ».

- Accepté par 40 voix pour et une abstention puis classé comme étant réalisée la motion urgente de Danila Sauvain-Kloetzli (PSA) « Aider les personnes ayant perdu leur travail tout en soutenant le commerce local ».

- Refusé par 19 voix contre, 15 pour et 6 abstentions la motion de Muriel Käslin (PLR) intitulée : «Ecole à journée continue, pour le remboursement de toutes les familles! » /oza




 

Actualités suivantes

Articles les plus lus