Le masque obligatoire dans les crèches jurassiennes

La mesure est entrée en vigueur lundi matin et a été prise suite à l'augmentation du nombre ...
Le masque obligatoire dans les crèches jurassiennes

La mesure est entrée en vigueur lundi matin et a été prise suite à l'augmentation du nombre de cas de coronavirus dans le canton et ainsi éviter d’autres mises en quarantaine dans les unités d'accueil de la petite enfance. Elle peut avoir un impact sur le développement de l'enfant

Les adultes, personnel et parents, devront porter le masque dans les crèches jurassiennes. (Photo : ldd). Les adultes, personnel et parents, devront porter le masque dans les crèches jurassiennes. (Photo : ldd).

Il est désormais obligatoire de porter le masque dans les unités d'accueil de la petite enfance du Jura. Cette mesure décidée vendredi passé par le Département de l’intérieur et le Service de l’action sociale est entrée en vigueur lundi matin, tant pour le personnel que pour les parents. Elle s’applique aux crèches, crèches à domicile (lorsque deux adultes se trouvent dans la même pièce) et autres jardins d’enfants jusqu’à nouvel ordre. « Nous avons pris cette décision en raison d’une situation plus tendue sur le front de la lutte contre le coronavirus avec la détection de plusieurs cas dans le canton d’une part, et d’autre part pour éviter des mises en quarantaine au sein des établissements d’accueil de la petite enfance comme c’est actuellement le cas en Haute-Sorne et où il est difficile de maintenir une distance de 1,5 mètre », explique Julien Cattin, le chef du Service de l’action sociale.


Un impact sur le développement de l'enfant

Cette obligation du port du masque ne fait pas l’unanimité chez les professionnels de la petite enfance. La mesure a par exemple été accueillie avec une certaine retenue à la Maison de l’enfance de Val Terbi : « Cela peut avoir un impact du point de vue du développement de l’enfant. C’est notamment le cas pour les tout petits qui peuvent ressentir une insécurité du fait de ne pas voir nos visages et les mimiques que nous exprimons. Cela est aussi important pour l’apprentissage de la parole, puisque les enfants regardent beaucoup le visage de l’adulte pour voir comment nous formulons les lettres pour le reproduire ensuite », explique Tania Belgrado, éducatrice à Vicques.

L'éclairage de l'éducatrice Tania Belgrado

« Cette semaine doit servir à mettre en œuvre cette mesure dans les crèches et nous serons réceptifs aux commentaires des professionnels du domaine pour faire des ajustements si nécessaire », rassure Julien Cattin. Le Service de l’action sociale réfléchit d’ailleurs à différentes pistes comme le fait d’avoir des masques transparents ou d’instaurer des moments privilégiés entre l’enfant et l’éducateur lors desquels ce dernier ne devrait pas porter le masque. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus