La pandémie pose de nouveaux défis à l’Université populaire

L’assemblée des délégués de l’UPJ s’est tenue samedi à Porrentruy. L’occasion de faire le point ...
La pandémie pose de nouveaux défis à l’Université populaire

L’assemblée des délégués de l’UPJ s’est tenue samedi à Porrentruy. L’occasion de faire le point après un début d’année compliqué par le coronavirus

La secrétaire générale de l'Université populaire jurassienne, Valérie Parrat. La secrétaire générale de l'Université populaire jurassienne, Valérie Parrat.

L’année 2020 ne s’est pas déroulée comme prévu pour l’Université populaire jurassienne. Alors que l’UPJ misait beaucoup sur cette cuvée pour séduire de nouveaux adeptes, le coronavirus a perturbé ses plans. L’institution a fait le point samedi lors de son assemblée des délégués à Porrentruy. Elle a été contrainte d’annuler une très grande majorité de ses cours au printemps, avant une reprise plutôt timide en juin. Des offres ont toutefois pu être maintenues à distance, notamment dans le domaine des langues grâce à des plateformes d’échange sur internet. Selon la secrétaire générale de l’Université populaire jurassienne, Valérie Parrat, la situation a permis de tester de nouveaux outils qui pourraient être pérennisés à l’avenir.


Un public à retrouver, un autre à séduire

Pour l’UPJ, l’enjeu est désormais de retrouver le public d’avant la crise sanitaire. Certains participants n’ont pas encore repris les cours, il est donc difficile pour l’Université populaire jurassienne d’atteindre ses objectifs financiers. L’institution souhaite, par ailleurs, séduire de nouveaux adeptes, car une baisse de la fréquentation est observée depuis plusieurs années comme ailleurs en Suisse. Ce double challenge ne fait pas peur à Valérie Parrat. La secrétaire générale de l’UPJ entend notamment miser sur le nouveau Passeport citoyen 2030. Ce petit livret de formation permet de récolter des points après avoir suivi certains cours liés au développement durable. Un projet de fusion est également en réflexion entre toutes les sections du Jura bernois afin de mieux unir les forces.


Du changement côté jurassien

L’assemblée des délégués a aussi été l’occasion pour l’Université populaire jurassienne de nommer un nouveau coprésident au Collège du Jura qui fait partie de l’organisation centrale de l’UPJ. Michel Angi a été élu pour succéder au démissionnaire Édouard Choffat. /mle-alr


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus