Son palmarès lui vaut 11 ans de prison

Le tribunal pénal à Porrentruy a retenu 47 infractions à l’encontre d’un homme dont l’implication ...
Son palmarès lui vaut 11 ans de prison

Le tribunal pénal à Porrentruy a retenu 47 infractions à l’encontre d’un homme dont l’implication a été reconnue dans une vingtaine d’attaques de bancomats, notamment dans le Jura et Neuchâtel

L'homme a déjà purgé une petite partie de sa peine en détention provisoire. L'homme a déjà purgé une petite partie de sa peine en détention provisoire.

C’est une peine lourde et rare qu’a prononcé ce jeudi après-midi le tribunal pénal à Porrentruy. Un homme accusé de multiples vols et cambriolages à travers la Suisse, dont à Neuchâtel et dans le Jura, a été condamné à 11 ans de prison ferme et expulsé du territoire suisse pour une durée de 15 ans. Le tribunal a retenu pas moins de 47 infractions qui remontent entre 2009 et 2016, la plupart commises en bande. Parmi elles, une vingtaine d’attaques de bancomats. Le trentenaire n’avait reconnu que quelques vols mineurs, mais la justice a mis en exergue ses déclarations souvent contradictoires, des versions qui évoluent au fil de la procédure et un homme qui refuse de donner des noms qui pourraient pourtant permettre d’attester ses déclarations. Autant d’éléments qui ont poussé le tribunal à juger peu crédible la défense du prévenu.

Me Pierre Heinis, avocat de la BCN, satisfait du jugement

Et puis, il y a ces nombreux éléments de preuves et faisceaux d’indices que contient le dossier, le résultat d’un travail colossal des enquêteurs (suisses et français) salué par la juge Marjorie Noirat. L’homme est parfois confondu par des traces ADN, comme sur cette vitre brisée à l’occasion du braquage d’un distributeur de billet au Noirmont en 2016, ou lors du casse de cette banque à Boncourt à l’aide d’un camion-grue une année plus tôt. A Miécourt, toujours en 2016, ce sont les relevés téléphoniques qui le trahissent, sans oublier les modes opératoires qui concordent pour de nombreuses infractions. Il est en revanche libéré pour trois infractions, dont une survenue à Bâle-Campagne en 2013 où un curé avait été retrouvé ligoté, en raison justement du « procédé violent » qui ne correspond pas à l’attitude du prévenu sur les autres opérations.

Me Jérémy Huart : « Une peine largement trop sévère »

Reste que ces méthodes mettent en lumière, pour de nombreux cas, une bande de professionnels aguerris, rompus à l’utilisation d’un outillage lourd et sophistiqué (pince hydraulique, meuleuse, génératrices de courant, multiples véhicules, plaques et lignes téléphoniques). La justice retient le rôle déterminant du prévenu dans ces vols qui lui assuraient, ainsi qu’à ses comparses, des revenus accessoires très élevés. Au total plus de 2,5 millions de francs de butin pour la bande, dont 600'000 sur le seul braquage de la Banque cantonale neuchâteloise aux Verrières en avril 2015. S’ajoute à ce palmarès « une prise de conscience inexistante » selon la juge, élément qui n’a pas contribué à alléger une peine qualifiée de « bien trop sévère » par la défense. /jpi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus