Les commerçants prévôtois serrent les dents

Ils doivent faire le dos rond et se montrer prudents alors que Moutier Expo et le Marché de ...
Les commerçants prévôtois serrent les dents

Ils doivent faire le dos rond et se montrer prudents alors que Moutier Expo et le Marché de Noël ont été annulés. L’association des Commerçants & Artisans Prévôtois (CAP) espère que les bons d’achat locaux viendront faire du bien aux affaires

L'absence de Moutier Expo cette année va peser sur les affaires des commerçants prévôtois. L'absence de Moutier Expo cette année va peser sur les affaires des commerçants prévôtois.

Les commerçants de Moutier doivent faire le dos rond. Moutier Expo qui aurait dû se tenir ce mois-ci a été annulé à cause du coronavirus, tout comme le Marché de Noël prévu début décembre. A cela s’ajoutent les tensions autour de la Question jurassienne qui péjorent parfois certaines enseignes qui affichent leurs couleurs. Le CAP - l’association des Commerçants & Artisans Prévôtois – tente de trouver des idées pour aider ses membres, mais le champ d’action est réduit en ce moment.

Le contexte sanitaire est compliqué et il est impossible de mettre sur pied les grandes actions populaires qui sont habituellement appréciées en Prévôté. L’annulation de Moutier Expo qui attire quelque 15'000 personnes est particulièrement dommageable. Pour atténuer le choc, le CAP a proposé d’organiser une sorte de « Moutier portes ouvertes » fin octobre. L’objectif était que les commerçants étendent leur horaire d’ouverture simultanément et que les artisans puissent présenter leur corps de métier. L’idée a toutefois fait un flop avec seulement 10 à 15% de retours positifs, selon le responsable des commerçants du CAP, Pierre Egger.


Compliqué d’accueillir beaucoup de monde dans les magasins

Parmi les commerçants que nous avons contactés, certains nous ont expliqué que les restrictions compliquaient l’organisation de portes-ouvertes. C’est le cas pour les magasins qui n’ont le droit d’accueillir qu’un nombre limité de clients en raison de leur surface. Par exemple, Bertrand Zahno, cuisiniste en vieille ville, ne se voyait pas laisser entrer trois ou quatre clients à la fois et faire attendre les autres sur le trottoir. La peur de faire circuler le virus dans les enseignes de la Prévôté a aussi pesé, ainsi que la contre-publicité qu’aurait attiré la création de foyers de contamination. Les gérants ont aussi souhaité éviter les quarantaines, car il n’y a rien de pire pour un magasin qu’une fermeture, selon Daniel Steiner, qui tient une boutique de mode.

Cette année chacun doit donc se débrouiller individuellement et trouver des idées pour faire parler de lui. Pierre Egger a quand même voulu marquer les 70 ans de son commerce spécialisé en audiovisuel en organisant des portes ouvertes étendues sur une semaine, sans publicité mais sur invitation et avec une dizaine de personnes à la fois. De son côté, Oli-Vin mise sur des dégustations avec maximum quatre personnes dans un temps limité. Mieux que rien, mais pas de quoi rattraper le débit réalisé en vente direct lors d’un événement comme Moutier Expo.


Les bons d’achat en soutien

Lueur d’espoir, les bons d’achat prévôtois pourraient venir faire du bien aux affaires en fin d’année. L’association des Commerçants & Artisants Prévôtois a récemment envoyé 600 lettres aux entreprises et diverses institutions pour les inciter à offrir leurs habituels primes et cadeaux de Noël à leurs employés sous forme de bons locaux. L’opération connaît des bons débuts, selon Pierre Egger.

Les commerçants et les artisans prévôtois vont donc devoir serrer les dents en attendant des jours meilleurs sur le front de la lutte contre le covid-19. Ces derniers pourraient arriver avec le printemps. Le CAP projette d’ailleurs de relancer son idée de « Moutier portes ouvertes » à ce moment-là. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus