« L’argent suisse ne doit plus servir à financer des conflits armés »

Le comité jurassien qui soutient l’initiative fédérale contre le commerce de guerre a présenté ...
« L’argent suisse ne doit plus servir à financer des conflits armés »

Le comité jurassien qui soutient l’initiative fédérale contre le commerce de guerre a présenté ses arguments jeudi en vue de la votation du 29 novembre

L'initiative exige que l’argent suisse ne serve plus à financer les entreprises productrices de matériel de guerre. L'initiative exige que l’argent suisse ne serve plus à financer les entreprises productrices de matériel de guerre.

« L’argent suisse tue », ce slogan est adoubé par le comité jurassien qui soutient l’initiative fédérale contre le commerce de guerre. Composé de représentants socialistes, des Verts, du CS-POP et du parti évangélique, ce dernier a lancé sa campagne jeudi. Le texte sera soumis au peuple suisse le 29 novembre. Il exige que la Banque nationale suisse, les caisses de pensions et les fondations n’investissent plus dans des entreprises qui réalisent plus de 5% de leur chiffre d’affaires grâce à la production de matériel de guerre. « L'objectif est d’avoir une place financière suisse qui soit plus éthique et durable », explique Colin Linder, membre du comité jurassien pour le « oui ».

Selon les partisans du « non », l’impact économique serait négatif pour la Suisse, notamment en portant préjudice aux entreprises qui fournissent des composants pour l'industrie de l'armement. « Il s’agit d’un argument détourné. L’impact sur les PME suisse serait négligeable, puisque le texte vise les grandes entreprises internationales de l’armement », répond Colin Linder.

En cette période de crise sanitaire, le comité jurassien du « oui » à l’initiative fédérale contre le commerce de guerre va faire compagne en distribuant des flyers à grande échelle, ainsi que par le biais des réseaux sociaux et de courriers des lecteurs. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus