« Pour nous les gérants de bar, l’avenir est flou »

Le Gouvernement jurassien a annoncé que les restaurants pourraient rouvrir leurs portes le ...
« Pour nous les gérants de bar, l’avenir est flou »

Le Gouvernement jurassien a annoncé que les restaurants pourraient rouvrir leurs portes le 10 décembre. Ce n'est pas le cas pour les bars... une situation jugée incompréhensible par certains

Si les restaurants peuvent rouvrir le 10 décembre, les bars ne savent pas quand ils pourront accueillir des clients à nouveau (Photo : Robert Couse-Baker) Si les restaurants peuvent rouvrir le 10 décembre, les bars ne savent pas quand ils pourront accueillir des clients à nouveau (Photo : Robert Couse-Baker)

Le Shannon, 15h, ce vendredi. La porte est fermée à clef, la terrasse est complètement vide : normal, le bar n'a pas le droit d'accueillir du public, mesure Covid oblige. Deux passants discutent devant la devanture et regrettent à voix haute le temps des bières partagées au comptoir... mais ils se résignent et savent que l’époque est révolue. Pour combien de temps ? Difficile à dire.

Si les restaurants jurassiens pourront rouvrir leurs portes le 10 décembre (sous réserve d’une situation sanitaire maitrisée), les bars, eux, devront rester clos. Le Gouvernement jurassien l’a décidé vendredi : seuls les établissements qui préparent et servent des mets cuisinés pourront à nouveau accueillir des clients. Pour Jacques Gerber, ministre de l’économie, les risques de transmission du virus sont plus importants dans les bars et les discothèques que dans les restaurants.

L’annonce a été difficile à digérer pour Afrim Ramnabaja, patron de plusieurs établissements à Delémont. Dans la salle principale du Shannon, les chaises sont empilées, les tables vides, la lumière éteinte. Mais Afrim Ramnabaja est là, inquiet pour les jours et les semaines à venir.

« C’est difficile de comprendre cette décision, alors qu’on avait pris les mêmes mesures sanitaires que les restaurants »

Pour Afrim Ramnabaja, tout est trop flou, le Gouvernement ne donne pas assez de précisions. Il déplore le fait qu’il n’y ait pas de prévisions sur le long terme, pas de date butoir : « On ne sait pas comment on peut s’organiser. On a des stocks qu’on va sans doute devoir jeter parce que les produits seront périmés. On ne sait pas comment faire avec notre personnel, doit-on résilier leur contrat ou non… ce n’est pas clair du tout. »
Afrim Ramnabaja tente de rassurer ses employés, de gérer les stocks, et de ne pas trop désespérer : « La période hivernale, c’est celle qui nous rapporte le plus, en général. On va perdre énormément d’argent cette année. » Une employée, à ses côtés, ajoute, l’air inquiet : « Et le pire, c’est qu’on est tous dans la même galère. » Les tenanciers de bars attendent plus de précisions, à défaut d’attendre une reprise d'activité, qui semble encore lointaine. /cto


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus