Haut-Vallon : fusion triplement refusée

Les habitants de Renan et Courtelary sont les seuls à avoir dit oui au projet de fusion. C’est ...
Haut-Vallon : fusion triplement refusée

Les habitants de Renan et Courtelary sont les seuls à avoir dit oui au projet de fusion. C’est non à Sonvilier, St-Imier et Cormoret

Les maires des communes concernées par la fusion du Haut-Vallon étaient réunis à Renan. (de gauche à droite) Andreas Niederhauser (Renan), Patrick Tanner (St-Imier), Gérard Py (Cormoret) et Benjamin Rindlisbacher (Courtelary). Il ne manque que la maire de Sonvilier, Rosemarie Jeanneret. Les maires des communes concernées par la fusion du Haut-Vallon étaient réunis à Renan. (de gauche à droite) Andreas Niederhauser (Renan), Patrick Tanner (St-Imier), Gérard Py (Cormoret) et Benjamin Rindlisbacher (Courtelary). Il ne manque que la maire de Sonvilier, Rosemarie Jeanneret.

La commune d’Erguël ne verra pas le jour. Trois des cinq communes ont refusé le projet de fusion. Les ayants-droit de Renan et Courtelary sont les seuls à avoir glissé un « oui » dans les urnes. Au total le projet a été rejeté par 1605 voix contre 1568. Pour voir le jour, il aurait dû être accepté par les cinq communes. Le coup est dur à encaisser pour le maire de St-Imier, commune qui balaie l'objet par 54,9% des votants. Patrick Tanner  :

« C’est le travail de nombreuses années qui est enterré aujourd’hui »

La section imérienne du PLR a mené une campagne très active pour contrer la naissance de la commune fusionnée d'Erguël. Son président n’a pas caché sa satisfaction face à un refus si net. Denis Gerber regrette toutefois la débauche d’énergie qu’a suscitée le projet. Un projet qui selon lui n’était pas suffisamment ficelé :

« Il manquait quelques éléments importants »

Renan est la commune qui a soutenu le plus largement la fusion avec 64,4 % de suffrages favorables. Son maire, Andreas Niederhauser s'investit pour ce dossier de fusion des communes du Haut-Vallon depuis ses prémissses il y a une décennie. En tant que membre du comité de pilotage, il a tenu à remercier chaleureusement ses concitoyens pour leur soutien. Déçu, il estime toutefois que le timing était le bon et ce malgré la crise sanitaire : 

« Quand le fruit est mûr, il faut le cueillir »

Ce refus remet sur la table la problématique de l'avenir des collaborations entre les communes du Haut-Vallon. Le président du comité de pilotage et maire de Courtelary, Benjamin Rindlisbacher :

« Il faudra peut-être attendre et prendre un deuxième élan »

Dans le détail : 

Courtelary : 296 oui, 271 non, taux de participation 62,6%

Cormoret ; 132 oui, 139 non, taux de participation 73,1%

St-Imier : 660 oui, 802 non, taux de participation 50,6%

Sonvilier : 239 oui, 260 non, taux de participation 60%

Renan : 241 oui, 133 non, taux de participation 58,8%


En 2017, le dossier de la fusion du Haut-Vallon avait déjà connu un revers avec le retrait de La Ferrière et de Villeret. Les cinq autres communes avaient donné leur aval pour poursuivre les travaux en vue d'un mariage. Aujourd'hui, le dossier d'un éventuel rapprochement entre les localités du Haut-Vallon se retrouve à nouveau à la case départ. /nme+oza


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus