Haute-Sorne veut aller de l’avant

Suite au rapport de l’enquête administrative visant une ancienne conseillère communale, les ...
Haute-Sorne veut aller de l’avant

Suite au rapport de l’enquête administrative visant une ancienne conseillère communale, les élus veulent œuvrer pour faire avancer la commune fusionnée

Le bâtiment qui abrite l'administration communale de Haute-Sorne a vécu des heures difficiles... l'heure est venue d'aller de l'avant (photo : archives). Le bâtiment qui abrite l'administration communale de Haute-Sorne a vécu des heures difficiles... l'heure est venue d'aller de l'avant (photo : archives).

Faire fi des bisbilles relationnelles pour faire avancer les intérêts des citoyens : c’est le leitmotiv des acteurs concernés par l’enquête qui a visé une ancienne conseillère communale à Haute-Sorne. Si le sujet reste sensible et qu’il laisse d’indélébiles traces, l’heure est venue de tourner la page pour le bien de la commune fusionnée. Récemment, le rapport de cette enquête a été transmis aux conseillers généraux. S’il ne fait pas l’unanimité, il a le mérite de mettre tout le monde d’accord sur la suite à donner à ce dossier : aucune ! Le maire Jean-Bernard Vallat, l’ex-conseillère communale visée par l’enquête et le groupe Haute-Sorne Avenir qui a questionné sur l’utilité du rapport veulent « aller de l’avant » pour le bien de la commune, « faire avancer » les projets plutôt que perdre du temps avec ce dossier qui prend la poussière.


Quelle utilité pour ce rapport ?

Cette semaine, le groupe Haute-Sorne Avenir a indiqué son scepticisme quant à l’utilité de ce rapport. « Apprenant que cela aura coûté environ 40'000 francs, nous pensons que cette somme aurait pu être investie dans des projets d’intérêt commun », selon la formation, qui soutient son avis par le fait que la personne visée par l’enquête a démissionné il y a deux ans. Pourtant, le Conseil communal a souhaité que ce projet aille jusqu’au bout : « Quand on commence un travail, on aime bien qu'il soit fini », indique le maire Jean-Bernard Vallat, soulignant que ce rapport pourrait aider dans des situations futures et qu’il a fait la lumière sur certains aspects du dossier.

Jean-Bernard Vallat : « La volonté de la majorité »

Quelle suite ?

Alors que les bisbilles avaient commencé il y a au moins cinq ans désormais, certaines parties sont toujours en désaccord, surtout sur le fond de l’histoire. Mais toutes ne demandent désormais qu’une chose : que cette histoire soit mise de côté pour travailler sur des projets pour le citoyen. La principale intéressée n’en peut tout simplement plus : « J’en ai marre qu’on me parle de cette histoire. En tant que présidente de Haute-Sorne Avenir, et avec nos élus au Conseil général, je souhaite que les autorités prennent leur temps pour avancer dans les dossiers bien plus importants que des querelles personnelles », indique l’ancienne conseillère communale. Le maire de Haute-Sorne, Jean-Bernard Vallat, abonde en son sens : « C’est important de passer à autre chose, ça a assez duré », s’exclame-t-il.


Haute-Sorne Avenir soutient sa présidente

Dans son communiqué, le groupe HSA maintient son soutien à l’ancienne conseillère communale. Même s’il émet des réserves quant à la démarche du Conseil communal, il n’en demeure pas moins que le groupe agira prochainement pour le bien commun des citoyens de Haute-Sorne. A la question de savoir si la formation adoptera une attitude revancharde prochainement, le chef de groupe de HSA au Conseil général coupe court : « Jamais ! Ce n’est pas dans l’ADN de notre groupe », conclut Alain Girardin.

La volonté semble donc bien présente à Haute-Sorne de mettre fin à ce feuilleton qui aura duré de très (trop) longues années. Si cet épisode ne sera pas si vite oublié, il pourrait être mis de côté pour le bien des citoyens. /mle

Alain Girardin : « Arrêter de passer du temps sur des événements du passé »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus