Le chocolat artisanal ne connaît pas la crise

Les chocolateries de la région ont été dévalisées à l’occasion des fêtes de fin d’année et ...
Le chocolat artisanal ne connaît pas la crise

Les chocolateries de la région ont été dévalisées à l’occasion des fêtes de fin d’année et ont même été surprises par l’engouement. Plus globalement, elles ne souffrent pas de la crise économique liée à la pandémie de coronavirus, contrairement à d’autres entreprises

Les étalages de la Petite Chocolaterie à Delémont ont été dévalisés par les clients durant les fêtes. Les étalages de la Petite Chocolaterie à Delémont ont été dévalisés par les clients durant les fêtes.

Les chocolats artisanaux ont fait recette à Noël. Les ventes des chocolateries de la région ont cartonné durant les fêtes pour leur permettre de terminer l’année en beauté. Des rayons ont même été dévalisés, au point de prendre les établissements de cours. Cela a été le cas d’Emmanuelle Lieber, gérante de la Petite Chocolaterie à Delémont : « Les affaires ont super bien marché. Les choses ont déjà commencé à s’accélérer une semaine avant Noël. On ne s’attendait pas à cela, nous avons eu du mal à suivre. Nos ventes ont augmenté d’environ un tiers par rapport à Noël dernier ».

« On ne s’attendait pas à ce que ça marche autant bien », explique Emmanuelle Lieber

Même son de cloche du côté de la Chocolatière Colomb à Glovelier. Bernard Colomb estime que ce Noël a été l’une de ses meilleures fêtes en 23 ans d’activité : « C’était de la folie. Les pralinés et autres truffes ont, notamment, eu du succès, tant auprès des entreprises qui ont passé commandes pour leurs cadeaux de Noël qu’auprès des particuliers qui ont voulu se faire plaisir », explique Bernard Colomb.

Plus globalement, les chocolateries de la région ne ressentent pas les effets de la crise économique liée à la pandémie de coronavirus, contrairement à d’autres entreprises : « Nous avons de la chance, car nous n’avons jamais dû fermer. On a déjà ressenti à Pâques que les gens voulaient se faire plaisir à l’occasion des fêtes. De plus, il y a moins de distractions actuellement, les restaurants sont fermés, tout comme les cinémas, cela joue en notre faveur », poursuit Emmanuelle Lieber. « Les gens ont eu besoin de sucré et de douceurs pour se mettre du baume au cœur. Il y a toujours des gagnants et des perdants lors d’une telle pandémie », confirme Bernard Colomb.


Le shop en ligne sauve le Noël de Camille Bloch

La situation est quelque peu différente en cette fin d’année pour la grande entreprise de Courtelary Chez Camille Bloch. « Le bilan est plutôt stable par rapport aux autres années », selon la directrice du centre visiteurs de Chez Camille Bloch, Joëlle Vuillème.

« Les ventes ont été stables, car elles se concluent à l’avance avec les grands distributeurs », selon Joëlle Vuillème

Les ventes en boutique ont été moins nombreuses, mais elles ont été compensées par celles réalisées sur le shop en ligne lancé au mois de mars. Et pour la production de Noël, Chez Camille Bloch était déjà fixée bien à l’avance sur la quantité à produire en fonction des commandes passées durant l’été par la grande distribution : « Les volumes se situent au niveau de ceux de l’année passée, peut-être légèrement inférieur, mais c’est du standard, car l’optimisme était davantage de mise au moment de passer commande », explique Joëlle Vuillème. /emu-lyg


Actualisé le

 

Actualités suivantes