Une ambiance triste, mais 17 étalons sélectionnés

La cuvée 2021 de la sélection nationale des étalons franches-montagnes est bonne, même si la ...
Une ambiance triste, mais 17 étalons sélectionnés

La cuvée 2021 de la sélection nationale des étalons franches-montagnes est bonne, même si la manifestation n’avait rien d’habituel

La piste de la sélection nationale des étalons franches-montagnes à Glovelier semblait bien vide ce samedi. La piste de la sélection nationale des étalons franches-montagnes à Glovelier semblait bien vide ce samedi.

Il s’appelle Don Falco : avec 24,67 points, il est l’étalon numéro 1 de cette sélection nationale 2021. Le franches-montagnes est élevé au Prédame par Alain et Jean Gigandet. Derrière lui, 16 autres étalons qui rejoindront Avenches pour les tests en station.

Si la cuvée est bonne, la manifestation quant à elle n’avait rien de commun. Elle s’est tenue à huis clos à Glovelier. Trois jurés pour juger les chevaux, deux éleveurs par étalons : il ne fallait pas être plus de cinq personnes, afin de respecter les mesures sanitaires en vigueur. Des mesures strictes, mais nécessaires, selon Marie Pfammater, gérante de la fédération suisse du franches-montagnes : « Le canton du Jura nous a autorisé à organiser l’événement, à condition de respecter ces mesures. Ca nous a permis de ne pas perdre une année, de ne pas perdre toute une sélection d’étalons… ça aurait été dramatique pour la race. » La gérante de la FSFM dit toutefois avoir trouvé « triste » de voir ces chevaux défiler en mode militaire, sans public pour les applaudir… mais elle est soulagée de n’avoir recensé aucun incident majeur : « C’est bizarre d’avoir à dire ça, mais nous remercions les spectateurs d’être restés chez eux. Tout le monde a compris que pour le bien de la manifestation, il fallait qu’on respecte les règles édictées. »


2'000 spectateurs virtuels

Le public, d’habitude présent en nombre à Glovelier, est donc resté à la maison ce samedi. Et les habitués ont regardé les étalons défiler sur leur ordinateur, via un site internet. Presque 2'000 personnes se sont connectées, soit l’équivalent du nombre de spectateurs en présentiel lors d’une sélection nationale « normale ».
Ce qui a manqué par contre, selon les éleveurs : il n’y avait pas de potentiels acheteurs présent sur place ce samedi. Fabrice Theurillat, des Breuleux, un habitué de la sélection nationale des étalons franches-montagnes, sait que cela risque d’avoir des retombées sur ses ventes d’étalons : « C’est plus facile de vendre un cheval en vrai que sur internet… Le lien éleveur-acheteur est fondamental dans notre milieu. Cette sélection était maussade, par rapport à celles des années précédentes. » /cto


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus