La fermeture de la discorde à Montfaucon

Une classe du cercle scolaire « Franches-Montagnes Est » doit fermer ses portes dans le village ...
La fermeture de la discorde à Montfaucon

Une classe du cercle scolaire « Franches-Montagnes Est » doit fermer ses portes dans le village taignon par manque d’élèves. Une décision qui passe mal pour l’ancien maire de la commune

La fermeture d'une classe de l'école de Montfaucon fait débat. (Photo : archives). La fermeture d'une classe de l'école de Montfaucon fait débat. (Photo : archives).

Montfaucon pourrait connaître une soirée animée lundi. Les citoyens seront informés en assemblée communale de la fermeture d’une classe dans le village, par manque d’élèves dans le cercle scolaire primaire « Franches-Montagnes Est ». L’ancien maire de la commune taignonne Claude Schaffter a réagi par la distribution d’une lettre en tout-ménage. Il estime d’une part que la fermeture devrait se faire dans une autre localité, puisque Montfaucon a dépensé 5,1 millions de francs pour la rénovation de l’école et la construction d’une halle de gymnastique. Il déplore d’autre part le fait que la fermeture n’a pas été décidée par le corps électoral. Mais du côté des autorités communales, le son de cloche est différent.


Une décision prise pour assurer la pérennité du cercle scolaire

Le cercle scolaire « Franches-Montagnes Est » comprend Montfaucon – avec trois classes – puis Le Bémont, St-Brais et Les Enfers, avec chacun une classe. Le nombre d’élèves étant désormais insuffisant pour maintenir le statu quo, une fermeture doit être entreprise pour la rentrée d’août. Et pour assurer la pérennité du cercle scolaire, les autorités compétentes ont décidé de la faire à Montfaucon, ce qui permet aux autres villages de conserver leur classe. « Il faut être crédible dans notre collaboration et faire preuve de solidarité pour que chaque commune ait des élèves », explique la conseillère communale Pierrette Aubry. « Si nous arrivons à redynamiser nos villages, il y aura des réouvertures », ajoute-t-elle. La décision de fermeture fera l’objet d’une information à l’assemblée communale de Montfaucon lundi soir.


Pour l’ancien maire, l’assemblée communale a droit au chapitre

Claude Schaffter fait référence aux statuts du cercle scolaire pour affirmer que l’assemblée communale a son mot à dire. Faux, répliquent les autorités locales : le canton a modifié l’article relatif aux lieux d’enseignement et au nombre de classes. En clair, l’assemblée n’est pas compétente pour décider de l’ouverture ou de la fermeture de classes. Elle ne peut que s’exprimer sur les statuts du cercle.

Autre aspect : le cercle scolaire « Franches-Montagnes Est » fait actuellement partie d’un projet-pilote mis en œuvre par le canton. Projet qui donne compétence à la direction – d’entente avec les enseignants, la commission d’école et les exécutifs communaux – de décider des ouvertures et des fermetures de classe. Les assemblées communales ne sont pas dans le pipe-line. Pour Claude Schaffter, « on enfume les gens. On verra bien ce que va dire la loi ».


Fermer une classe d’accord, mais pas à Montfaucon

Comme cela a déjà été mentionné, Montfaucon a rénové son école et construit une halle de gymnastique flambant neuve pour 5,1 millions de francs. Pour Claude Schaffter, fermer une classe dans le village se fait au détriment de ceux qui ont payé la facture et qui payent encore aujourd’hui les dettes. Montfaucon représente par ailleurs 50% de la population du cercle scolaire. L’ancien maire milite ainsi pour la fermeture d’une classe au Bémont ou aux Enfers, qui n’ont pas de halle.

L’actuel maire de Montfaucon, Vincent Hennin, explique pour sa part que fermer une classe ailleurs que dans son village pourrait mettre en péril l’organisation créée en 2018 avec les autres communes du cercle. « Nous avons donc ratifié la décision de la direction et de la commission d’école », dit Vincent Hennin.

Les débats risquent d’être animés lundi soir à l’assemblée communale de Montfaucon. Reste que la marge de manœuvre est pour ainsi dire inexistante : l’ordre du jour fait état d’une information. Et lors d’une information, il n’y a pas de prise de décision du corps électoral. /rch


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus