L’eau du robinet est d’excellente qualité dans le Jura

Les eaux souterraines jurassiennes ont été analysées l’an dernier. Les résultats publiés lundi ...
L’eau du robinet est d’excellente qualité dans le Jura

Les eaux souterraines jurassiennes ont été analysées l’an dernier. Les résultats publiés lundi sont réjouissants et la consommation de l’eau du robinet est à privilégier selon les autorités cantonales

 Les eaux minérales, suisses ou importées, ne sont pas de meilleure qualité que l'eau du robinet dans le Jura (Photo libre de droits : illustration). Les eaux minérales, suisses ou importées, ne sont pas de meilleure qualité que l'eau du robinet dans le Jura (Photo libre de droits : illustration).

Plus de la moitié des ressources en eau auscultées ne présentent aucune trace de micropolluants. Les services cantonaux et communaux ont scruté 85 sites lors de deux campagnes de prélèvements et d'analyses réalisées en juin et en octobre dernier. Ils ont tenté d’y débusquer la présence de 152 micropolluants. La plupart des substances analysées étaient des produits phytosanitaires et des indicateurs d’eaux usées. Les rares captages dont la qualité n’a pas été jugée satisfaisante sont déjà équipés de systèmes d’élimination des micropolluants.

Plus globalement, les autorités cantonales soulignent que les données de ces dernières années démontrent la bonne qualité des eaux souterraines jurassiennes. Selon elles, il faut donc préférer la consommation de l’eau du robinet aux eaux minérales du commerce. L’idée est de lutter contre le réchauffement climatique. Selon des écobilans, produire et distribuer un litre d’eau en bouteille génère entre 1'500 et 3'000 fois plus d’équivalent-CO2 que d’ouvrir son robinet. Les autorités estiment ainsi que la population du canton du Jura pourrait réduire ses émissions de CO2 de 4'500 tonnes par année. Le communiqué appelle la grande distribution à revoir ses pratiques commerciales dans le Jura et à s’associer à la lutte contre le changement climatique.

Mais malgré ces bons résultats publiés mardi, les autorités relèvent encore que certaines ressources nécessitent des mesures d’optimisation. Des actions sont en cours, à l’image de la mise en œuvre de plans pour la réduction des risques liés aux produits phytosanitaires. La sensibilisation à une utilisation plus modérée des produits toxiques dans les ménages doit aussi contribuer à améliorer la qualité des cours d’eaux. /comm-afa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus