Condamnées pour avoir manifesté et bloqué la route

Deux personnes qui ont manifesté en juin 2020 à Undervelier en souvenir de la « Grève des Femmes ...
Condamnées pour avoir manifesté et bloqué la route

Deux personnes qui ont manifesté en juin 2020 à Undervelier en souvenir de la « Grève des Femmes » de l’année précédente écopent d’une amende de 450 francs chacune

Les grévistes avaient bloqué la route à Undervelier avec des vélos (Photo : Collectif d'Undervelier de la Grève des Femmes) Les grévistes avaient bloqué la route à Undervelier avec des vélos (Photo : Collectif d'Undervelier de la Grève des Femmes)

Deux personnes condamnées pour avoir manifesté. Elles avaient participé à un événement festif spontané à Undervelier le 14 juin dernier en souvenir de la « Grève des Femmes » de l’année précédente. Les deux policiers qui ont exigé de libérer la route principale bloquée par les manifestants auraient assuré qu’il n’y aurait pas de suite judiciaire. Or une ordonnance du 19 février condamne les deux personnes ayant discuté avec les forces de l’ordre à des amendes et des frais de 449 francs chacune. Un recours vient d’être déposé.

Le dimanche 14 juin 2020, une action spontanée s’est déroulée à Undervelier en souvenir de la « Grève des Femmes » du 14 juin 2019. Une trentaine de personnes y ont participé. Des vélos avaient été installés sur la route principale pour arrêter la circulation, une déviation ayant été mise en place. Environ une demi-heure après le début des festivités, deux policiers ont exigé de voir le permis pour cette manifestation. Ce dernier n’existant pas car l’événement avait été organisé très spontanément, les deux forces de l’ordre ont alors demandé de libérer la voie. Les manifestants se sont pliés à la demande. D’entente avec leur supérieur, les policiers ont assuré qu’il n’y aurait pas de suite judiciaire. Mais quelques semaines plus tard, une suite judiciaire a tout de même eu lieu contre les deux personnes qui avaient dialogué avec la police. Une ordonnance pénale datée du 19 février 2021 condamne ces deux personnes à des amendes et des frais de 449 francs pour chacune. Les grévistes relèvent qu’à un jour, il s’agit du « Equal Pay Day », une journée d’action pour rendre visible les éclats de salaire entre femme et hommes. Un recours vient d’être déposé contre cette condamnation jugée injuste et misogyne par les grévistes. /comm-ech


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus