Le procès du drame de Tramelan s’est ouvert

Un jeune homme souffrant de problèmes psychiatriques et d’autisme atypique doit répondre d’assassinat ...
Le procès du drame de Tramelan s’est ouvert

Un jeune homme souffrant de problèmes psychiatriques et d’autisme atypique doit répondre d’assassinat, éventuellement de meurtre devant le Tribunal Jura bernois-Seeland à Moutier. Après avoir blessé ses parents et sa sœur à l’arme blanche, il avait agressé mortellement un inconnu à la gare de Tramelan

Des fleurs et des bougies avaient été déposées, en septembre 2018, sur le lieu du drame en gare de Tramelan. (Image: archives) Des fleurs et des bougies avaient été déposées, en septembre 2018, sur le lieu du drame en gare de Tramelan. (Image: archives)

Un jeune homme de 21 ans doit répondre depuis mercredi matin d’assassinat, éventuellement de meurtre devant le Tribunal Jura bernois-Seeland à Moutier. Le prévenu souffre de problèmes d’autisme. Il est accusé d’avoir poignardé dans le cou un homme qu’il ne connaissait pas à la gare de Tramelan. Auparavant, il avait blessé ses propres parents et sa sœur à l’arme blanche au domicile familial. Le drame a eu lieu le 23 septembre 2018. Le prévenu était entendu mercredi après-midi dans la cité prévôtoise lors d’un procès à huis clos.


Retour sur les faits

Ce 23 septembre 2018, le prévenu, 19 ans, se trouve en permission chez ses parents à Tramelan pour pouvoir participer à la confirmation de sa sœur. Il réside habituellement dans un foyer dans le canton de Neuchâtel en raison de ses problèmes psychiatriques et d’autisme atypique. Le soir du drame, il veut s’échapper durant la nuit pour faire un voyage en train de plusieurs semaines selon l’acte d’accusation. Il ne veut évidemment pas être suivi… et s’en prend à sa sœur de 13 ans, alors enfermée dans sa chambre. Elle avait pris cette habitude quand son frère était à la maison, par crainte de son comportement. Le jeune homme ruse pour lui faire ouvrir la porte, et dès qu’elle cède, il la frappe au cou à l’aide d’un couteau. La jeune fille est blessée, elle parvient à alerter ses parents qui volent à son secours. Tous deux reçoivent également des coups de couteau avant que le prévenu ne prenne la fuite. Il se rend à la gare, il est passé minuit et demi. Pas de trains à cette heure-ci. Le jeune homme est contrarié et en état de choc. Il tombe alors sur un homme assis sur un banc et frappe une nouvelle fois avec son couteau. Cette fois-ci mortellement.


L’audition du prévenu

C’est un jeune homme aux allures d’adolescent qui s’est présenté devant les juges. Switcher à capuche, jeans et basket, il est resté calme, installé sur sa chaise. Quand le président du Tribunal lui a demandé s’il savait pourquoi il est actuellement incarcéré à la prison de Thorberg, le prévenu a répondu : « J’ai fait des bêtises à Tramelan ». Frustré de n’avoir pas pu prendre le train, il a reconnu avoir agressé un homme assis sur un banc « sans savoir pourquoi » dit-il. Il a répété qu’il n’allait pas recommencer, comme un enfant pris en faute. A plusieurs reprises durant son audition, le prévenu a tourné la tête sur sa gauche pour regarder par la fenêtre. A chaque passage d’un train, son visage s’est illuminé.


Responsabilité pénale

Le tribunal à cinq juges devra déterminer lors du procès à huis clos si le prévenu était pénalement responsable ou non de ses actes au moment des faits. Le verdict est prévu pour le 18 mars. La question de savoir s'il y a eu une erreur dans l'octroi d'une autorisation de sortie pour le week-end est examinée dans le cadre d'une procédure parallèle. /ATS-sbo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus