Légère augmentation du prix du lait en 2020

Le kilo de lait a augmenté de 2,2 centimes en Suisse en 2020. Pour le canton du Jura, cela ...
Légère augmentation du prix du lait en 2020

Le kilo de lait a augmenté de 2,2 centimes en Suisse en 2020. Pour le canton du Jura, cela se monte à plus de 3 centimes. « Une hausse encourageante mais pas suffisante », selon François Monin, directeur d’AgriJura.

Le prix du kilo de lait se monte à 59,5 centimes dans le Jura en janvier 2021. Le prix du kilo de lait se monte à 59,5 centimes dans le Jura en janvier 2021.

C’est une nouvelle plutôt encourageante : le prix du lait a augmenté de 2,2 centimes l’année dernière en Suisse par rapport à 2019. Pour le canton du Jura, le prix du kilo de lait s’élevait à 59,5 centimes en janvier dernier. C’est environ 3 centimes de plus qu’en 2020, et 6-7 centimes de plus qu’il y a deux ans, précise François Monin, directeur de la chambre jurassienne d’agriculture AgriJura. Ce dernier mentionne différents facteurs pouvant expliquer la hausse du prix du lait : l’érosion du secteur agricole (dans le Jura, elle se monte à environ 1-2% chaque année et atteint les 5-6% dans le secteur laitier), les stocks quasiment vides en 2020, la forte demande de la population qui augmente ainsi que la pandémie sont autant de facteurs explicatifs.

Les explications de François Monin sur l’augmentation du prix du lait

Dans le canton du Jura, le nombre de producteurs de lait s’élevait à 367 à la fin de l’année 2020, alors qu’ils étaient encore plus de 400 en 2018 et 600 en 2007.


Une hausse encourageante, mais pas suffisante

Cette hausse du prix du lait est certes encourageante pour les producteurs de la région mais elle doit s’inscrire dans la durée et doit aussi surtout être plus importante, estime le directeur d’AgriJura. Ce dernier souligne l’importance d’avoir une revalorisation du secteur.


François Monin : « « Cette hausse est encourageante mais elle doit être plus significative et plus importante pour maintenir les agriculteurs dans la production laitière. »


Voir les bons côtés du Covid

Agriculteur en production laitière à Rebeuvelier, Mathieu Glauser se réjouit également de cette hausse, tout en restant prudent. Il avoue que la pandémie a eu des impacts positifs pour le marché du lait. Outre l’augmentation du prix, il relève avec humour que lors de la première vague en mars-avril 2020, des personnes l’arrêtaient dans la rue lors de sa tournée de livraison de produits laitiers pour qu’il leur en vende.

Mathieu Glauser, agriculteur : « On espère maintenir ce prix-là, ce serait encourageant »

Face au prix du lait bas en 2017 (environ 50 centimes), cet agriculteur a décidé de se diversifier et de se lancer dans la production de yoghourts. Actuellement, environ un quart de sa production annuelle de lait, qui s’élève à quelques 200'000 litres, est transformée et utilisée pour la production de crème et de yoghourts pour les privés et commerces de la région, un quart pour le bétail et la moitié est revendue à MOOH, l’acheteur principal de lait dans le canton du Jura.


Des importations inévitables mais difficiles à comprendre

La Suisse a décidé d’importer 1'500 tonnes de beurre supplémentaire pour faire face à la demande. Cette décision a fait réagir le conseiller aux Etats jurassien Charles Juillard au début du mois de mars qui a interpellé le Conseil fédéral. Il juge cette décision étonnante pour un pays à forte tradition laitière comme le nôtre. L’interpellation de l’élu jurassien est comprise par le directeur d’AgriJura qui insiste pour que ces importations soient accompagnées d’une augmentation significative du prix du lait.


François Monin : « Ces importations de beurre interpellent : elles sont incompréhensibles aux yeux des producteurs et de la défense professionnelle jurassienne ».

Même son de cloche du côté des agriculteurs. Mathieu Glauser salue l’interpellation de Charles Juillard.

Mathieu Glauser : « C’est encourageant pour nous »

Bien que ces importations puissent mal passer, cette demande reste un signal positif, estime François Monin. Ça montre un marché un peu plus favorable à terme pour les producteurs. /ech


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus