L’objectif de quatre trains par heure

Une ligne directe entre Porrentruy et Delémont n’est pas au programme des vingt prochaines ...
L’objectif de quatre trains par heure

Une ligne directe entre Porrentruy et Delémont n’est pas au programme des vingt prochaines années

Patience avant de monter dans un train direct Porrentruy-Delémont. (Photo : archives). Patience avant de monter dans un train direct Porrentruy-Delémont. (Photo : archives).

Quatre trains par heure, c’est l’objectif à terme dans le Jura. Le Gouvernement jurassien a répondu dernièrement à une question écrite de Baptiste Laville. Le député vert souhaitait connaître les futures dispositions pour appliquer un point de la fiche « mobilité » du Plan directeur cantonal : le retour d’une liaison rapide entre Porrentruy et Delémont, supprimée progressivement dès 2009. En 2018, le Parlement avait tenu à indiquer que le passage de la cadence au quart d’heure devait s’accompagner d’une liaison directe entre Delémont et la gare Belfort-Montbéliard.


Un quasi doublement de la fréquentation

La ligne entre Delémont et Porrentruy a enregistré en 2019 environ 40 millions de voyageurs-kilomètres. C’est 15 millions de plus qu’en 2005. Le nombre de voyageurs-kilomètres est une mesure d'évolution du trafic utilisée au niveau national qui permet de mieux calculer la consommation de mobilité effectuée sur un tronçon que l'utilisation du nombre d'usagers, explique David Asséo, chef de la section de la mobilité et des transports du canton du Jura. Selon le Gouvernement jurassien, cet engouement s’explique par la cadence à la demi-heure qui permet de desservir toutes les gares. Ainsi il est hors de question de toucher à ces deux trains pour en transformer un en ligne directe. Les gares intermédiaires cumulent autant de voyageurs que celle de Porrentruy et le temps gagné en transport serait répercuté sur un temps d’attente de correspondance. La logique tant au niveau suisse, que jurassien, c’est de mettre en place des trains au quart d’heure. Une demande également formulée dans le Plan directeur cantonal. La priorité reste de développer la cadence, ainsi que la systématisation de l’offre.


La ligne directe devra attendre

À l’heure actuelle, l’infrastructure ferroviaire ne permet pas d’envisager ce développement. D’ici à 2035, il n’y a plus de projet d’agrandissement de gare ou de doublement de voies qui permettraient de croiser les différents trains. Le chef de section de la mobilité et des transports du canton du Jura, David Asséo, nous a précisé qu’un mandat d’étude a d’ores et déjà été confié pour réfléchir à la faisabilité d’un tel train entre Delémont et Porrentruy. Les propositions, qui pourraient en découler, seront alors soumises à la Confédération pour le prochain programme de développement stratégique de l’infrastructure ferroviaire 2040-2045. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus