Les portes resteront closes

Le Conseil fédéral a joué la carte de la prudence : il faudra encore patienter pour fréquenter ...
Les portes resteront closes

Le Conseil fédéral a joué la carte de la prudence : il faudra encore patienter pour fréquenter les restaurants, salles de théâtre ou de cinéma. Réactions jurassiennes

Le Conseil fédéral réévaluera la situation dans un mois. Le Conseil fédéral réévaluera la situation dans un mois.

Les assouplissements dessinés la semaine dernière par le Conseil fédéral sont balayés au vu de la situation sanitaire qui se détériore en Suisse depuis quelques jours. Ce sera le calme plat jusqu’au 14 avril minimum, date à laquelle l’exécutif réévaluera la situation.

Pas de coup de massue, cette fois, pour Maurice Paupe, président de Gastro Jura. Il suivait attentivement les chiffres des infections et s’attendait à cette décision des autorités. Il se montre d’un côté presque soulagé que l’idée d’autoriser uniquement l’ouverture des terrasses ne prenne pas forme. La météo des premiers mois de l’année ne permettrait tout simplement pas de rentabiliser l'exercice, selon lui.

Maurice Paupe : « Je pensais bien que le Conseil fédéral serait très prudent »

Huit mois sur les treize derniers écoulés, restaurants et bars avaient leurs portes fermées selon les calculs de Maurice Paupe. « Ça fait beaucoup» , soupire le président de la faîtière qui s'inquiète de la santé psychologique des patrons et salariés.

Des craintes pour la santé mentale des professionnels de la restauration

Ces annonces résonnent aussi comme un énième coup dur pour le monde culturel. Cinémas, théâtres, salles de spectacles n’ont toujours pas le feu vert pour reprendre leurs activités alors que les centres culturels n’ont jusqu’ici même pas pu réellement lancer une saison 2021. Difficile à avaler mais pas incompréhensible pour la présidente du Centre culturel du district de Porrentruy, Jeannine De Haller Kellerhals. « La déception est conséquente, tant on espérait rouvrir. Je sais à quel point c’est dur, même insupportable, pour les artistes de ne pas pouvoir se produire. Mais en même temps, on comprend, c'est la pandémie qui est une catastrophe, pas le Conseil fédéral. J’ai envie de pleurer en entendant cette nouvelle, mais je ne peux pas en vouloir au Conseil fédéral de prendre des décisions comme celle d’aujourd’hui », confie celle qui est également présidente du Théâtre du Jura.

Jeannine De Haller Kellerhals : « On a envie de pleurer, mais on comprend »

La reprise, au mieux, sera pour la mi-avril. Ce qui ne laissera guère de temps avant les grandes vacances, mais Jeannine De Haller Kellerhals ne s'attend de toute façon pas à remplir des salles rapidement. « D’ici l’automne, on va travailler sur des concepts avec des petites scènes, peu de public, ce devrait être possible de faire cela dehors en été. Il ne faut pas s’attendre à une fin de saison normale, on n’a d’ailleurs pas eu de saison du tout ! On espère un vrai début de saison normal à l’automne prochain. »

La présidente du CCDP se veut néanmoins rassurante pour l'avenir de la structure, le maintien des subventions publiques lui permet de survivre financièrement. /cka-jpi

Vers une fin de saison culturelle adaptée et restreinte


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus