Le Jura face à une hausse de la criminalité l’an dernier

Publiée lundi matin, la statistique policière de la criminalité 2020 montre une hausse des ...
Le Jura face à une hausse de la criminalité l’an dernier

Publiée lundi matin, la statistique policière de la criminalité 2020 montre une hausse des violences domestiques et du nombre de prévenus mineurs

De gauche à droite : Bertrand Schnetz (chef de la police judiciaire), Nathalie Barthoulot (ministre en charge de la police) et Damien Rérat (commandant de la police cantonale). De gauche à droite : Bertrand Schnetz (chef de la police judiciaire), Nathalie Barthoulot (ministre en charge de la police) et Damien Rérat (commandant de la police cantonale).

Les infractions au code pénal sont en augmentation dans le canton du Jura. Le constat émane de la statistique policière de la criminalité 2020 qui a été présentée lundi matin. La ministre en charge de la police, Nathalie Barthoulot, s’est dit déçue par ses chiffres, même si elle a salué plusieurs points positifs et le déploiement d’efforts importants sur le terrain. La situation s’explique notamment par une hausse des violences domestiques, mais aussi du nombre de prévenus mineurs.

Dans le détail, la police cantonale jurassienne a enregistré 2'447 infractions l’an dernier contre 2'270 en 2019. L’augmentation atteint donc 8%, alors qu’une diminution de 2% est reportée au niveau suisse. Malgré ce résultat, les autorités saluent une fréquence des infractions toujours inférieure à la moyenne suisse et qui reste sous les 40 infractions pour 1'000 habitants dans les trois districts.

Le commandant de la police cantonale jurassienne, Damien Rérat, était dans le Journal de 12h15 pour commenter cette statistique :

Une nouvelle cellule de prévention

Une nette hausse de 46% est constatée au niveau des violences domestiques. L’augmentation concerne des cas de lésions corporelles simples. Selon les autorités, il n’est toutefois pas possible d’établir un lien précis avec les périodes de semi-confinement. De manière globale, le Jura n’a connu aucun homicide ou tentative d’homicide en 2020. Une infraction avec lésions corporelles graves a toutefois été enregistrée.

Les forces de l’ordre comptent sur le lancement ce printemps d’une nouvelle cellule « MPV » pour prévenir les violences, notamment domestiques. L’objectif de la démarche est de diminuer le risque de passage à l’acte. La police va y consacrer deux EPT qui auront notamment pour mission de détecter les situations à risque, de désamorcer le risque d’escalade et de monitorer la situation. Un psychologue sera engagé à 20%. L’idée est également de travailler davantage en réseau avec les différents partenaires tels que l’APEA, les services sociaux ou encore les communes.


Des mineurs récidivistes

La police cantonale jurassienne a, par ailleurs relevé une hausse du nombre de prévenus mineurs (112 en 2020 contre 92 en 2019). Des groupuscules récidivistes ont notamment sévi en Ajoie et à Bassecourt. Les suspects ont toutefois pu être rapidement identifiés et interpellés, souligne la police dans sa statistique 2020. /comm-alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus