Un acte d'accusation long comme le bras

Un jeune ressortissant africain comparaît depuis mardi devant les juges à Moutier. Parmi les ...
Un acte d'accusation long comme le bras

Un jeune ressortissant africain comparaît depuis mardi devant les juges à Moutier. Parmi les nombreux faits qui lui sont reprochés, des actes de violence envers sa petite amie

 C'est un gros dossier qui occupe cette semaine le Tribunal régional Jura bernois-Seeland à Moutier. (Photo : archives) C'est un gros dossier qui occupe cette semaine le Tribunal régional Jura bernois-Seeland à Moutier. (Photo : archives)

Il a roué sa petite amie de coups de poing et de coups de pied, cela à plusieurs reprises. Et ce n'est qu'une partie du très fourni acte d'accusation qui occupait mardi le Tribunal régional Jura bernois-Seeland à Moutier. Devant les juges, un jeune ressortissant africain, la vingtaine. Tentatives de lésions corporelles graves, lésions corporelles simples, menaces, contraintes, violence ou menace contre les autorités, vols, actes d'ordre sexuel avec un enfant et contrainte sexuelle : voilà la longue liste - et elle n'est pas exhaustive - des infractions reprochées à ce jeune homme. La plupart ont été commises entre 2019 et 2020, et beaucoup sont liées à sa relation amoureuse. Une relation émaillée de violence, on s'en rend compte en lisant la prose du Ministère publique.


La jalousie en toile de fond

Un exemple pour l'illustrer : un jour, la victime rentre chez elle trop tard selon le prévenu. Il la jette alors au sol, la roue de coups et l'empêche de s'échapper, jusqu'à la traîner dans la chambre pour encore et encore la frapper. C'est finalement par une fenêtre qu'elle peut s'enfuir avant de se réfugier chez des voisins. Des actes de ce type, il y en a eu beaucoup, au domicile et même parfois en public. Pour couronner le tout, des menaces de mort envers sa compagne, sa belle famille, principalement sous l'effet de la jalousie. Enfin, le Ministère public remonte aussi à 2017-2018. Le jeune homme à peine majeur aurait contraint sexuellement une enfant de 9-10 ans au moment des faits, considérée comme sa soeur.

L'audition du prévenu a eu lieu mardi. Les plaidoiries auront lieu le lendemain. La date du jugement, elle, n'est pas encore connue. /oza


Actualisé le

 

Articles les plus lus