La police se prépare pour le 28 mars

A l’approche de la votation sur l’appartenance cantonale de Moutier, la police cantonale bernoise ...
La police se prépare pour le 28 mars

A l’approche de la votation sur l’appartenance cantonale de Moutier, la police cantonale bernoise a dû planifier sa stratégie. La situation sera évaluée à chaque instant afin de pouvoir réagir au plus vite

La rue de l'Hôtel-de-Ville grouillait de monde le 18 juin 2017. Qu'en sera-t-il dimanche 28 mars ? La police rappelle que les mesures anti-Covid restent valables. (Photo : archives) La rue de l'Hôtel-de-Ville grouillait de monde le 18 juin 2017. Qu'en sera-t-il dimanche 28 mars ? La police rappelle que les mesures anti-Covid restent valables. (Photo : archives)

L’heure approche à Moutier et l’organisation bat son plein. Des milliers de jurassiens avaient envahi les rues de la cité prévôtoise il y a quatre ans lors du premier vote sur l’appartenance cantonale. La police cantonale bernoise doit donc s’organiser pour le vote de dimanche.

Le plan d’action est clair : la situation sera évaluée à chaque instant afin « de pouvoir réagir dans les plus brefs délais » selon Joël Regli, porte-parole de la police. Pour des « raisons tactiques et afin de ne pas mettre en danger l’efficacité de ses mesures », ce dernier ne souhaite pas communiquer davantage. Il précise toutefois que la police cantonale bernoise est mandatée par les autorités et qu’elle agit « en faveur de tous les citoyens de Moutier, peu importe leur opinion ».

Evidemment, cette organisation est faite en collaboration avec toutes les parties concernées. Des contacts ont donc été pris avec les autorités ainsi qu’avec la police cantonale jurassienne.

Joël Regli : « Des contacts permanents avec les partenaires »

Pas de changement concernant les mesures liées à la pandémie

En ce qui concerne les mesures liées à l’épidémie de coronavirus, Joël Regli précise qu’elles sont valables également le jour du vote. Dans la mesure où cela relèvera des compétences de la police, celle-ci « s’engage à garantir le respect de ces mesures ». Le porte-parole ajoute que l’idée est de faire comme la police l’a toujours fait jusqu’à maintenant , c’est-à-dire « avec le bon sens, le discernement et la proportionnalité ». Il rappelle également que le respect de ces mesures dépend de la responsabilité de chacun. /lge


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus