L’Arc jurassien franco-suisse n’est pas épargné par la crise

L’Observatoire statistique transfrontalier a récemment publié un rapport qui analyse les conséquences ...
L’Arc jurassien franco-suisse n’est pas épargné par la crise

L’Observatoire statistique transfrontalier a récemment publié un rapport qui analyse les conséquences de la crise sanitaire. Le document évoque une surmortalité de 17% et des effets importants sur le tissu économique

La pandémie a des effets importants sur l'Arc jurassien franco-suisse. (Image : arcjurassien.org). La pandémie a des effets importants sur l'Arc jurassien franco-suisse. (Image : arcjurassien.org).

La pandémie a touché de plein fouet l’Arc jurassien franco-suisse. La crise sanitaire a secoué l’ensemble du tissu économique régional. L’Observatoire statistique transfrontalier de l’Arc jurassien a récemment publié un rapport sur la question. Le document analyse les impacts du coronavirus sur une période allant de mars 2020 à février 2021.


L’économie plombée

L’Observatoire statistique rappelle que le semi-confinement a provoqué un choc économique d’une ampleur historique. Une entreprise sur cinq a dû temporairement fermer ses portes dans l’Arc jurassien suisse. L’économie a connu au printemps un redressement vigoureux, mais cette reprise a été freinée dans son élan par la deuxième vague. Nos voisins français ont connu une évolution similaire. Dans les deux cas, les activités économiques ont toutefois été moins affectées en fin d’année qu’au printemps. Les emplois ont même progressé au troisième trimestre dans les trois départements français de l’Arc jurassien, soit le Doubs, le Jura et le Territoire de Belfort. Dans cette région, le chômage partiel est toutefois resté conséquent. En novembre, 26% des entreprises y ont eu recours, contre 7% dans l’Arc jurassien suisse. Sans surprise, le secteur de la restauration est celui qui est le plus touché.

Le nombre de chômeurs a fortement augmenté côté helvétique, avec une hausse de 36% entre février 2020 et janvier 2021. Dans l’Arc jurassien français, la progression est restée plus modérée sur la même période, avec une augmentation de 10% du nombre de personnes inscrites à Pôle emploi.


Près de 4'000 décès en plus

La pandémie a également eu des conséquences sur la mortalité de l’Arc jurassien franco-suisse. Le document indique qu’une surmortalité de 17% a été enregistrée par rapport à la moyenne des cinq années précédentes. 3'860 décès supplémentaires ont été recensés. La surmortalité se remarque davantage côté français avec une hausse de 24% du nombre de décès, contre 15% au niveau suisse. Cette différence entre les deux régions s’observe surtout lors de la première vague. Celle-ci a été plus meurtrière dans les départements français de l’Arc jurassien que dans les cantons suisses.

La deuxième vague a, elle, touchée les deux territoires de façon beaucoup plus symétrique qu’au printemps. L’excès de mortalité oscille entre 41 et 47%. Le pic du nombre de décès a, d’ailleurs, été atteint la semaine du 30 mars dans l’Arc jurassien français et celle du 15 novembre dans la partie suisse.

Sur les près de 4'000 décès supplémentaires enregistrés depuis le début de la pandémie, les trois quarts concernent des personnes de plus de 80 ans. /alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus