Une population à ne pas négliger dans la nature

La Station ornithologique suisse appelle à la vigilance lors des promenades dans la nature ...
Une population à ne pas négliger dans la nature

La Station ornithologique suisse appelle à la vigilance lors des promenades dans la nature. Les oiseaux peuvent gravement pâtir de comportements inadaptés

La prévention des dérangements est porteur d'espoirs pour le petit gravelot, une espèce menacée en Suisse. (Photo : Marcel Burkhardt/Station ornithologique suisse). La prévention des dérangements est porteur d'espoirs pour le petit gravelot, une espèce menacée en Suisse. (Photo : Marcel Burkhardt/Station ornithologique suisse).

La nature attire les Suissesses et les Suisses en cette période de pandémie. Les spécialistes de la branche constatent que les activités en plein air rencontrent un franc succès depuis l’an dernier. Cette situation est encore accentuée par le retour des beaux jours. Profiter de la nature implique toutefois une cohabitation avec la faune locale, comme l’a récemment rappelé la Station ornithologique suisse. L’organisme appelle à la vigilance, en particulier lors de promenades en forêt ou à la montagne. Les dérangements causés par les humains sont une des principales causes du déclin des oiseaux.


Ne pas sortir des sentiers battus

La Station ornithologique suisse indique qu’il est important de respecter les zones de tranquillité et de rester sur les sentiers balisés. Il est aussi impératif de garder ses distances avec les oiseaux et de ne pas les déranger au nid. Les effets de comportements inadaptés ne sont pas négligeables selon Chloé Pang, porte-parole de l’organisme. Ils peuvent notamment se traduire par des gaspillages inutiles d’énergie lors de fuites à répétition ou l’interruption de recherche de nourriture.

« Au printemps, lorsque les oiseaux choisissent un site pour s’installer, une forte présence humaine peut dissuader certaines espèces de s’établir dans une forêt dérangée », souligne Chloé Pang. Dans les cas extrêmes, les perturbations humaines peuvent conduire à l’échec de la reproduction ou à l’abandon de la nichée. /comm-alr


 

Actualités suivantes