Des élus PDC veulent étudier les effets de la loi sur le salaire minimum

Pour la députée suppléante Magali Voillat, le texte a des effets négatifs sur les offres de ...
Des élus PDC veulent étudier les effets de la loi sur le salaire minimum

Pour la députée suppléante Magali Voillat, le texte a des effets négatifs sur les offres de stages et de jobs étudiants. Elle a déposé une motion pour faire un bilan et demande au Gouvernement de proposer une adaptation de la loi

Selon Magali Voillat, le salaire minimum de 20 francs par heure est difficile à garantir par un employeur à un jeune sans expérience (photo : KEYSTONE/Christian Beutler) Selon Magali Voillat, le salaire minimum de 20 francs par heure est difficile à garantir par un employeur à un jeune sans expérience (photo : KEYSTONE/Christian Beutler)

Il est l'heure de faire le point sur la loi sur le salaire minimum cantonal. C'est en tout cas l'avis de la députée suppléante PDC Magali Voillat. Elle a déposé une motion le 31 mars dernier, dans laquelle elle demande au Gouvernement jurassien de réaliser un bilan sur cette fameuse loi sur le salaire minimum cantonal. Magali Voillat souhaite aussi une adaptation de la loi et l'adoption d'une ordonnance d'application : elle estime que le texte de 2018 comporte des lacunes, notamment en ce qui concerne les jobs étudiants et les stages de découverte. Pour Magali Voillat, le salaire minimum de 20 francs par heure est difficile à garantir par un employeur à un jeune sans expérience  : « Avec cette loi sur le salaire minimum, on se rend compte qu’un employeur a plus d’intérêt à embaucher une personne qualifiée, ce qui fait que les offres de stages ou de jobs étudiants se raréfient. Il ne s’agit pas d’inciter les employeurs à profiter des jeunes en les payant moins, mais d’aider ces étudiants à trouver des stages ou autres petits emplois.»

« Dans le domaine de la petite enfance, on remarque qu'on a beaucoup moins d’occasions d’accueillir des stagiaires »

Pour rappel, la loi sur le salaire minimum cantonal ne s'applique pas aux jeunes en formation.
Treize députés PDC ont signé la motion de Magali Voillat. Le texte sera débattu au Parlement jurassien dans les prochains mois. /cto


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus