« Faire pour d’autres femmes ce que je n’ai pas pu faire pour ma sœur »

Géraldine Marquis, sœur de Mélanie, tuée par son mari en octobre 2019 au domicile familial ...
« Faire pour d’autres femmes ce que je n’ai pas pu faire pour ma sœur »

Géraldine Marquis, sœur de Mélanie, tuée par son mari en octobre 2019 au domicile familial de Courfaivre, se lance dans la création d’une association pour protéger les femmes victimes de violences. Entretien

Géraldine Marquis se lance dans la création d'une association pour « protéger les femmes ». Géraldine Marquis se lance dans la création d'une association pour « protéger les femmes ».

Une association pour prévenir le féminicide. Géraldine Marquis, sœur de Mélanie tuée par son mari il y a deux ans à Courfaivre, poursuit son combat contre les violences faites aux femmes. Son objectif : « protéger les femmes à la maison et à l’extérieur ». Elle souhaite doter les femmes d’une montre géolocalisée et munie d’un système d’alarme. Des agents de sécurité pourraient ainsi secourir la victime en cas de danger. « Il est temps d’agir. C’est ce qui a manqué à ma sœur », explique Géraldine Marquis, qui pointe des manquements dans la politique actuelle de lutte contre les féminicides. 

Entretien avec Géraldine Marquis

Des doutes et un objectif

« Quand j’ai dit que j’allais créer cette association, j’ai reçu plusieurs téléphones de femmes qui m’ont demandé ce que je pouvais leur proposer. Ça m’a fait un peu peur. Je ne me suis pas rendue compte de la portée que ça pouvait avoir », avoue Géraldine Marquis. Elle espère finaliser la création formelle de l'association d'ici deux mois et se lancera ensuite dans la recherche de fonds. Géraldine Marquis a déjà approché des entreprises de la région pour la fabrication de la montre géolocalisée.

Via cette association, la Jurassienne poursuit son combat contre les féminicides, en dehors du champ juridique. Géraldine Marquis et sa famille avaient en effet déposé une plainte contre les autorités jurassiennes après la mort de Mélanie il y a deux ans à Courfaivre. La plainte a été classée ce mercredi par le procureur extraordinaire en charge de l’enquête. Un recours sera déposé contre cette décision auprès du Tribunal cantonal. /mmi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus