Favoriser les produits locaux de saison

C’est l’idée d’une motion déposée par le député PDC François Monin au Parlement jurassien. ...
Favoriser les produits locaux de saison

C’est l’idée d’une motion déposée par le député PDC François Monin au Parlement jurassien. Il demande un approvisionnement des cuisines collectives avec des produits de proximité

François Monin a déposé une motion pour soutenir les produits locaux. (Photo : archives). François Monin a déposé une motion pour soutenir les produits locaux. (Photo : archives).

Le député PDC François Monin demande au Gouvernement de « montrer l’exemple » concernant les produits locaux de saison. C’est l’idée générale de la motion qu’il a déposée à la fin du mois de mars. Dans le Jura, l’Etat et les communes mandatent plusieurs établissements qui fournissent des milliers de repas par semaine pour des enfants, des personnes en études, des travailleurs ou encore des personnes âgées. Le motionnaire souhaite ainsi que le canton fixe une part minimum sur l’utilisation de produits issus de l’agriculture régionale aux établissements auxquels il fait appel. Selon lui, cela « favoriserait le commerce et l’économie de la région, la durabilité et la qualité des produits consommés ».

François Monin : « C’est vrai que le Jura n’est pas un grand producteur de légumes »

François Monin est conscient que le Jura n’excelle pas dans toutes les productions. Il sait que des différences existent. Cependant pour lui, il serait envisageable de consommer à 100% du lait de la région dans ces établissements par exemple. Il se rend également compte que la production cantonale de fruits et légumes n’est pas suffisante pour en exiger autant.

François Monin : « C’est la peur qui est toujours là »

François Monin avance encore un autre argument. Selon lui, c’est également l’occasion d’encourager l’éducation à la saisonnalité alimentaire. Cette problématique « devrait être prise en compte lors de l’élaboration des menus des cantines jurassiennes ».

Au niveau des coûts, le motionnaire sait que cette thématique « peut faire peur lorsqu’on l’évoque ». Cependant, il avance que plusieurs études ont été faites dans le canton de Vaud à l’Université de Lausanne et à l’Ecole polytechnique fédérale. Ces dernières démontrent que « cette adaptation n’a jamais engendré l’augmentation des prix finaux ». Pour lui, la raison est simple : « des intermédiaires et une partie de la logistique ont été supprimés ». /lge


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus