La filière bois peine à suivre la cadence de la demande

Alors que le bois est à la mode dans la construction, hausse de la demande et crise occasionnent ...
La filière bois peine à suivre la cadence de la demande

Alors que le bois est à la mode dans la construction, hausse de la demande et crise occasionnent des retards de livraison et une hausse des prix

Chargement de camion à Artibois, l'entreprise ajoulote tente de répondre à ses clients malgré les retards. Chargement de camion à Artibois, l'entreprise ajoulote tente de répondre à ses clients malgré les retards.

A l’instar du « vintage » dans la mode, le bois est devenu ces dernières années LA tendance dans la construction. La hausse de la demande s’est encore accentuée dernièrement, ce qui en période de crise occasionne quelques désagréments. La pression pèse notamment sur « des usines qui n’ont pas la capacité d’y répondre rapidement. Certaines usines font face à des situations de quarantaine et doivent dans certains cas arrêter des lignes de production, cela réduit leur capacité de répondre à la forte demande », explique Jonathan Gurba, directeur commercial de l’entreprise Artibois à Alle.

Reportage

Les produits suisses aussi connaissent des retards de livraison

Depuis plusieurs semaines, il fait face à des retards de livraison, surtout en provenance d’Allemagne et d’Autriche. « Un camion de panneau bois peut accuser jusqu’à 4 à 5 mois de retard », souffle l’entrepreneur. Pourquoi alors ne pas se tourner vers du bois suisse ? « Cela a toujours été la priorité de notre entreprise. Mais ceux qui travaillaient avec des produits étrangers se sont tournés, face à ces difficultés, vers des produits suisses qui connaissent désormais eux soumis des difficultés d’approvisionnement », souligne Jonathan Gurba. Le problème est actuellement similaire pour l’acier ou encore les matériaux d’isolation, touchant ainsi plus globalement le secteur de la construction. Conséquence d’une demande supérieure à l’offre, les prix augmentent « de 10 à 35 % » en fonction des catégorie de produits selon l’Association dérivés du bois suisse (DBS).


« Dire au client que le prix a augmenté, ce n’est pas facile à avaler »

Une situation qui complique aussi le travail d’Alexandre Desboeufs, menuisier à Bassecourt. « Quand on fait une offre et que le client nous adjuge le travail deux mois après, on doit lui dire que le matériel a augmenté et que notre offre n’est plus d’actualité. Une augmentation de 10 à 15%, ce n’est pas évident à avaler. Alors on doit prendre chacun sur soi, le client doit faire un petit effort et moi aussi. On essaye de trouver un arrangement », explique Alexandre Desboeufs, forcément gêné de se retrouver entre le marteau et l’enclume. Difficile également d’avoir de la visibilité à moyen terme. « Certains secteurs nous demandent dans nos offres de bloquer des prix pour l’année prochaine. C’est juste impossible », lâche le menuisier vadais.

Une conjoncture qui risque de durer selon Jonathan Gurba

La filière se démène pour trouver des solutions

Alors la filière tente de s’adapter. « Dès qu’un camion arrive chez nous, on contrôle les quantités. Si tout n’est pas là, on relance nos fournisseurs pour leur demander de trouver des solutions », insiste Jonathan Gurba qui avoue que ses équipes finissent parfois « tard le soir ». Heureusement, son entreprise a pu jusqu’à présent résoudre certains problèmes grâce à ses stocks importants. Mais si les difficultés d’approvisionnement perdurent, les retards pourraient encore augmenter. Combien de temps cela va durer ? « C'est difficile à dire, la situation restera tendue encore plusieurs mois. Une détente en automne, c'est déjà optimiste », estime le directeur général de DBS, Michael Widmer. Malgré ces perspectives qui ne sont pas des plus réjouissantes, Jonathan Gurba parvient à relever une bonne nouvelle. « Si la demande est forte, c’est aussi parce que les différents métiers du bois offrent d’excellentes prestations en Suisse », sourit l’Ajoulot. C’est ce qui s’appelle être victime de son succès. /jpi

Artibois à Alle fait pour le moment face aux difficultés grâce à ses stocks. Artibois à Alle fait pour le moment face aux difficultés grâce à ses stocks.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus