La fête du travail pour prôner un nouveau départ social

Le comité du 1er mai interjurassien organise une action samedi à Delémont. Il souhaite un nouveau ...
La fête du travail pour prôner un nouveau départ social

Le comité du 1er mai interjurassien organise une action samedi à Delémont. Il souhaite un nouveau départ social au sortir de la crise du coronavirus

Le logo réalisé par l'Union syndicale suisse pour le 1er mai 2021. Le logo réalisé par l'Union syndicale suisse pour le 1er mai 2021.

La fête du travail doit permettre de réveiller les consciences. La crise sanitaire et économique est l’occasion d’un nouveau départ social selon les syndicats. Ces derniers mettront ce message en avant lors des mobilisations du 1er mai. Dans la région, le comité interjurassien organise un événement samedi à 11h à la Place de la gare à Delémont autour de trois thèmes : les attaques contre le personnel de l’Etat, l’initiative cantonale jurassienne sur l’égalité salariale et la grève du climat. Il n’y aura toutefois pas de défilé à cause des restrictions sanitaires. « Nous devons rester dans les limites des 100 personnes autorisées par le Conseil fédéral », souligne Thomas Sauvain, secrétaire générale de l’Union syndicale jurassienne et organisateur du 1er mai.


Un appel à faire du bruit

Plusieurs discours sont au programme. Thomas Sauvain s’exprimera pour dénoncer les dernières interventions parlementaires de la droite jurassienne qui demande notamment de réduire les effectifs de l’administration cantonale. Marie-Hélène Thies et Maude Rufi, membres du comité de l’initiative cantonale sur l’égalité salariale, prendront également la parole sur le texte soumis à la population jurassienne le 13 juin. Les questions climatiques seront aussi à l’honneur avec un discours de Sophie Légeret, membre de Grève du climat Jura. Par ailleurs, les organisateurs feront sonner une alarme pour réveiller les consciences. Ils appellent les participants à venir avec des casseroles, sifflets ou tout autre objet permettant de faire du bruit.


Un mot d’ordre national

De manière générale et au niveau national, les syndicats appellent à un nouveau départ social. « Cette crise a montré l’échec du système actuel. Elle creuse de plus en plus les inégalités salariales. Beaucoup de gens ont perdu leur emploi ou ont peur de le perdre. Ce redémarrage doit se faire avec les travailleuses et les travailleurs, et non pas sur leur dos », précise Thomas Sauvain. Selon lui, il faut profiter de la reprise de l’économie pour revaloriser certaines professions.

L’action du 1er mai interjurassien sera filmée et postée sur le site de l’Union syndical suisse. Plusieurs interventions sont aussi prévues en ligne durant la journée, dont celles de président de l'USS, Pierre-Yves Maillard, ou encore de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. /alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus