« Peut-être avons-nous été trop ambitieux ? »

Le BC Boncourt affrontera Fribourg en play-off après avoir terminé 7e de la saison régulière ...
« Peut-être avons-nous été trop ambitieux ? »

Le BC Boncourt affrontera Fribourg en play-off après avoir terminé 7e de la saison régulière de Swiss Basketball League, une position inférieure aux objectifs espérés et annoncés

Clément Boesch défend le parcours de son équipe et concède aussi que la direction a peut-être mis trop de pression à ses joueurs. (Photo d'archive) Clément Boesch défend le parcours de son équipe et concède aussi que la direction a peut-être mis trop de pression à ses joueurs. (Photo d'archive)

La belle ambiance du Chaudron et les mines réjouies samedi après la victoire face à Nyon ont apporté une bouffée d’air frais ô combien bienvenue sur cette fin de saison régulière. Le BC Boncourt devra ensuite se coltiner le champion en titre Fribourg Olympic en quart de finale des play-off après avoir terminé 7e de Swiss Basketball League. Un classement qui reste en deçà des attentes après un exercice difficile. « On avait affiché la couleur en disant que l’on voulait finir 5e. On avait aussi, en tant que dirigeants, mis un peu la pression sur l’équipe. On n'en est finalement pas si loin, ça se joue sur un ou deux matches et à quelques détails. Au regard du budget en revanche, le BCB est à sa place », défend le directeur sportif boncourtois Clément Boesch, qui n’hésite pas non plus à remettre les effets d’annonce en question. « Peut-être avons-nous été trop ambitieux ? Ou peut-être que l’on n’a simplement pas atteint les objectifs et on doit en tirer les enseignements », lâche l’ancien joueur de la Red Team.

Bilan de la saison régulière avec le directeur sportif Clément Boesch

Critique récurrente, la défense jurassienne a souvent pris l’eau et concédé en moyenne plus de 86 points par match. Le revers d’un jeu offensif fait de possessions rapides, rarement corrigé au fil de la saison. Le BC Boncourt a d’ailleurs encaissé à cinq reprises plus de 100 points dans un match. Mais le directeur sportif ne voit pas dans cet aspect du jeu un échec pour le staff. « Clairement non. Parce qu’il faut nuancer ça au regard du nombre de possessions, qui est une statistique que l’on n’a pas en Suisse. On a un rythme plus élevé, donc plus de déchet. Si on avait eu du public, ça lui aurait plu. Mais ça fait aussi partie de l’apprentissage, et on a beaucoup appris cette saison », concède Clément Boesch.


Vladimir Ruzicic devrait encore diriger l'équipe la saison prochaine

Un constat qui ne remet pas en cause le statut de l’entraîneur Vladimir Ruzicic, engagé à durée indéterminée, sur qui la direction compte encore la saison prochaine. « On lui a proposé une prolongation, on est en pourparlers. Si tout se passe bien, il sera sur le banc du BCB la saison prochaine », confirme le directeur sportif. L’entraîneur serbe a désormais dix jours pour concocter un traquenard à Fribourg, dirigé par son ancien mentor Petar Aleksic. /jpi

Clément Boesch : « Contre Fribourg, on n'a rien à perdre »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus