Les pesticides empoisonnent le monde paysan

Une quarantaine d'agriculteurs du Jura et du Jura bernois a constitué mardi matin le groupe ...
Les pesticides empoisonnent le monde paysan

Une quarantaine d'agriculteurs du Jura et du Jura bernois a constitué mardi matin le groupe agricole de soutien à l’initiative « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ». Témoignages d'agriculteurs

Une quarantaine d’agriculteurs s'est réunie sous une même bannière : « Oui à une Suisse libre de pesticides de synthèse ». Une quarantaine d’agriculteurs s'est réunie sous une même bannière : « Oui à une Suisse libre de pesticides de synthèse ».

Mobilisation d’agriculteurs en faveur de l’initiative « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ». Un groupe agricole de soutien au texte est sorti du bois mardi matin. Il est composé d'une quarantaine d'agriculteurs du Jura et du Jura bernois, à la tête d'exploitations BIO en grande majorité. L’initiative demande l’interdiction de ces produits dans l’agriculture, la production et la transformation de denrées alimentaires, l’entretien des espaces verts et les denrées importées dans un délai de 10 ans. Valérie Piccand, agricultrice aux Reussilles et membre du groupe de soutien, estime que « l’argument principal est la biodiversité et la santé. Clairement, c’est possible de faire sans pesticides. On produit avec des pesticides depuis une septantaine d'années mais cela fait 10'000 ans que l'agriculture existe », estime-t-elle. 

Valérie Piccand : « C’est très tendu dans les campagnes en ce moment »

Une publication de la FRI met le feu aux poudres

Hanno Schmid, agriculteur BIO des Pommerats, est à l’origine du groupe agricole de soutien à l’initiative. C’est une prise de position de la Fondation rurale interjurassienne (FRI) qui l’a poussé à se mobiliser. La FRI estime, dans le dernier numéro du Terrien interjurassien, que l’initiative « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » et celle « Pour une eau potable propre » sont nuisibles. « On assiste à une campagne de slogans », estime Hanno Schmid.

Hanno Schmid : « Ce n’est pas le rôle d’une institution qui devrait être apolitique »

Hanno Schmid est à l'origine du groupe de soutien à l'initiative. Hanno Schmid est à l'origine du groupe de soutien à l'initiative.

La FRI s’explique

« La FRI n'a pas l'habitude de prendre position sur des objets politiques », admet Noël Saucy, agriculteur BIO et président de la Fondation rurale interjurassienne. « Des collaborateurs ont été interpellés par des exploitants sur notre position », explique-t-il.

Noël Saucy : « On aura le temps d’appliquer les choses de manière plus naturelle »

L’initiative « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » sera soumise au vote populaire le 13 juin prochain en Suisse. /mmi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus