Le MAJ veut faire résonner le 23 juin jusqu’à la Neuveville

A l’occasion des festivités du 23 juin mardi soir à Porrentruy, le Mouvement autonomiste jurassien ...
Le MAJ veut faire résonner le 23 juin jusqu’à la Neuveville

A l’occasion des festivités du 23 juin mardi soir à Porrentruy, le Mouvement autonomiste jurassien a réaffirmé que la Question jurassienne n’était pas terminée. Un élan idéologique que le Gouvernement jurassien se refuse de soutenir après la victoire du 28 mars dernier à Moutier

Les festivités du 23 juin ont rassemblé un peu plus d'une centaine de personnes au Château de Porrentruy mardi soir. Les festivités du 23 juin ont rassemblé un peu plus d'une centaine de personnes au Château de Porrentruy mardi soir.

« Vive le Jura libre, de Boncourt à La Neuveville ». C’est avec ces mots que le Mouvement autonomiste jurassien (MAJ) a conclu la partie officielle des festivités du 23 juin qui ont rassemblé plus d’une centaine de personnes, mardi soir, au Château de Porrentruy. Une commémoration du plébiscite de 1974 à laquelle le maire de Moutier était convié afin de célébrer la victoire du « oui » le 28 mars dernier pour que la cité prévôtoise rejoigne le Jura. Pas rassasié, le MAJ a donc appelé poursuivre la lutte, réaffirmant que la Question jurassienne n’était pas terminée. En vertu du plébiscite libérateur du 23 juin 1974, « toute partie du territoire ancestral restée bernoise peut en tout temps revendiquer son adhésion à l’Etat jurassien », a lancé le secrétaire général du MAJ, Pierre-André Comte, lors de son discours. Le Gouvernement jurassien ne soutient pourtant pas cette ligne. « Nous avons toujours indiqué que la Question jurassienne serait institutionnellement réglée une fois le vote de Moutier reconnu comme valable, les choses n’ont pas changé. Il faut distinguer le cœur et la raison. Du côté du Gouvernement, nous sommes plutôt la raison », a rappelé la présidente de l’exécutif Nathalie Barthoulot.

Nathalie Barthoulot : « Il faut distinguer le coeur et la raison »

Malgré cela le secrétaire général du MAJ Pierre-André Comte pense que l’idéal du Jura historique a encore de l’avenir. « Nous aurons des années effectivement difficiles. Nous venons de franchir une étape, et il reste des étapes de montagne. Dans le Sud du Jura se trouve toujours un quart ou un tiers d’autonomistes qui n’acceptent pas l’idée que cette région soit éternellement bernoise. Notre responsabilité morale est de défendre leurs intérêts, de faire en sorte que la démocratie leur permette de s’exprimer à nouveau », maintient Pierre-André Comte. Le maire de Moutier, Marcel Winistoerfer, a par ailleurs fait part à la tribune de son souhait de voir la cité prévôtoise devenir Jurassienne avant 2026, date avancée par les autorités jurassiennes. La présidente du Gouvernement Nathalie Barthoulot a rappelé que le long processus législatif qui s’ouvrait désormais ne permettait matériellement pas de voir Moutier devenir Jurassienne plus tôt. /jpi

Pierre-André Comte : « Alimenter l'attachement au Jura dans le Nord et le Sud »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus