Cinémajoie en eaux troubles

La salle de cinéma bruntrutaine, située juste à côté de l’Allaine, a été inondée la semaine ...
Cinémajoie en eaux troubles

La salle de cinéma bruntrutaine, située juste à côté de l’Allaine, a été inondée la semaine dernière. Une course contre-la-montre s’est engagée afin qu’elle soit à nouveau opérationnelle début août

CinémAjoie espère rouvrir le 10 août, voire la semaine avant. CinémAjoie espère rouvrir le 10 août, voire la semaine avant.

Ce lundi matin, c’est le caissier du cinéma, Jean-Denis Voisard, qui vient vider les bacs rempli d’eaux des déshumidificateur. Deux machines qui tournent depuis plusieurs jours à plein régime pour évacuer l’humidité laissée par l’eau stagnante de la semaine dernière. « Il y avait deux ou trois centimètres d’eau au-dessus de la moquette. L’eau est venue directement de la rivière et ça s’est propagé ensuite à la première rangée de fauteuils que l’on a dû démonter. On a aussi enlevé l’isolation et on va certainement enlever aussi la deuxième rangée par sécurité », raconte Jean-Denis Voisard. Imbibée d’eau, les moquettes les plus exposées ont été aspirées puis démontées pour sécher. « Tout est récupérable », à première vue selon le caissier de l’association qui craint en revanche que le matériel technique soit touché.


Réouverture espérée la première semaine d’août

« On veut savoir si nos installations n’ont pas subi un problème d’humidité. On va donc s’approcher de notre assurance pour demander si un contrôle de nos appareils est possible ». Et le temps presse car Cinémajoie espère rouvrir dès le 10 août, voire même la première semaine d’août pour honorer une journée du passeport vacances avec les enfants. « Cela devrait être jouable mais c’est une grosse course contre la montre parce que l’on a des problèmes de délai avec les entreprises. On espère tenir notre programme, c’est très important vu les conséquences dramatiques vécues ces dernières années », souffle Jean-Denis Voisard. Les conséquences de ces inondations sur les finances, déjà fragilisées par le Covid, sont pour l’instant gérables. Ce serait en revanche la douche froide si le matériel technique venait à être affecté. /jpi


Actualisé le

 

Articles les plus lus