Débrancher les enseignes lumineuses après 22h

L’Office de l’environnement du canton du Jura a envoyé un courrier fin juin aux commerces et ...
Débrancher les enseignes lumineuses après 22h

L’Office de l’environnement du canton du Jura a envoyé un courrier fin juin aux commerces et entreprises pour les inciter à éteindre leurs enseignes lumineuses. Plus de 200 éclairages qui restaient allumés toute la nuit ont été recensés ces dernières semaines lors de patrouilles nocturnes

Patrice Eschmann, chef de l'Office de l'environnement du Canton du Jura, dit vouloir discuter et collaborer avec les entreprises et les commerces pour les inciter à éteindre leurs enseignes lumineuses après 22h. Patrice Eschmann, chef de l'Office de l'environnement du Canton du Jura, dit vouloir discuter et collaborer avec les entreprises et les commerces pour les inciter à éteindre leurs enseignes lumineuses après 22h.

Un petit geste en faveur de la biodiversité et du climat. L’Office de l’environnement du canton du Jura invite les entreprises et commerces à éteindre leurs enseignes lumineuses après 22h. Cette action s’inscrit dans la politique du canton qui vise à réduire les émissions lumineuses dans le territoire. Les services de l’État ont effectué des patrouilles nocturnes ces dernières semaines. Au total, plus de 200 éclairages qui restent allumés pendant toute la nuit ont été recensés. Il s’agit souvent d’enseignes publicitaires ou de différentes vitrines.


Un courrier pour inciter à franchir le pas

Actuellement, le Canton n’accepte plus la pose de nouvelles enseignes qui resteraient allumées après 22h, sauf lorsqu’une utilisation commerciale nocturne des lieux le justifie, comme pour les stations-services ou les bancomats par exemple. Un courrier a été envoyé fin juin par l’Office de l’environnement aux propriétaires de commerces ou aux patrons d’entreprises pour les inciter à éteindre dès 22h. Le chef de l’ENV, Patrice Eschmann, explique avoir eu des retours variés, certaines personnes souhaitant franchir le pas et d’autres, demandant un délai ou un temps de réflexion. Selon lui, cette démarche s’inscrit dans un contexte actuel favorable.

« À 3h du matin, tout le monde sait qu’il n’y a pas besoin de faire de la publicité pour tel produit ou telle entreprise ». 

Une démarche volontaire, puis de possibles procédures administratives

La démarche se veut pour l’heure volontaire. Un bilan sera établi l’année prochaine. Le chef de l’Office de l’environnement explique que des procédures administratives pourraient être par la suite menées à l’encontre des éclairages conséquents présentant une nuisance considérable.

« On ne va pas courir après chaque vitrine, après chaque enseigne »

Concernant les critères permettant de définir si l’éclairage de tel bâtiment représente une nuisance non négligeable, Patrice Eschmann relève que ce sera une appréciation au cas par cas :« On ne vient pas tout de suite avec le bâton mais on travaille de concert avec le monde économique ».


Le Jura ne souffre pas trop de la pollution lumineuse

Le chef de l’Office de l’environnement souligne que s’il faut redimensionner le système d’éclairage, cela peut en effet occasionner des dépenses pour le propriétaire mais laisser allumé toute la nuit a aussi un coût. Cet investissement est amorti sur la durée, estime-t-il. Patrice Eschmann affirme que le Jura ne souffre pas trop des nuisances lumineuses.

« On a encore beaucoup de zones calmes où on voit les étoiles »

Il ajoute que toutes les mesures qui peuvent être faites sont bonnes à prendre, dans le contexte actuel où la protection du climat et de la biodiversité est primordiale. /ech


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus