L’incendie de l’entreprise Tectri à Court devant la justice

Deux hommes ont comparu lundi devant le Tribunal régional Jura bernois-Seeland. Ils doivent ...
L’incendie de l’entreprise Tectri à Court devant la justice

Deux hommes ont comparu lundi devant le Tribunal régional Jura bernois-Seeland. Ils doivent répondre d’incendie par négligence

Le tribunal régional Jura bernois-Seeland a traité ce lundi de l'incendie qui s'était produit en 2017 à l'usine Tectri de Court. (Photo : archives). Le tribunal régional Jura bernois-Seeland a traité ce lundi de l'incendie qui s'était produit en 2017 à l'usine Tectri de Court. (Photo : archives).

La justice se penche sur l’incendie de l’entreprise Tectri. Les faits s’étaient produits le 23 juin 2017 à Court. Le feu avait pris lors de travaux de ferblanterie sur le toit de l’usine. Il s’était rapidement propagé et avait détruit l’ensemble du bâtiment pour un préjudice d’environ 25 millions de francs. Deux personnes ont comparu lundi devant le Tribunal régional Jura bernois-Seeland à Moutier, le patron de l’entreprise de ferblanterie et le chef du chantier. La société Tectri figure parmi les plaignants.


Des interstices au cœur du débat

L’incendie a-t-il été causé par la négligence des deux prévenus ? C’est la question à laquelle la juge Maïli Rüfenacht doit répondre. Un élément semble faire l’unanimité, c’est bien le chalumeau manié par le chef de chantier qui a déclenché le sinistre. Une flamme s’est engouffrée dans une ou plusieurs ouvertures et a mis le feu à des matières combustibles. Mais tout l’enjeu réside dans le fait de savoir si les prévenus étaient conscients ou non de la présence de ces interstices et des dangers qu’ils représentaient.


Deux visions opposées

Pour le ministère public et les avocats des parties plaignantes, les deux hommes auraient dû voir ces ouvertures et les prendre davantage en considération. L’accusation estime qu’ils ont violé les règles de prudence. À l’inverse, la défense soutient que les prévenus ont fait tout ce qu’on pouvait attendre d’eux. Elle réclame donc des acquittements. Le procureur demande, de son côté, des peines pécuniaires avec sursis.

Le verdict sera rendu lundi prochain. /alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus