Fusillade de Zoug en 2001 : « C’était totalement imprévisible »

Il y a vingt ans jour pour jour, un homme ouvrait le feu et déclenchait une bombe dans le Parlement ...
Fusillade de Zoug en 2001 : « C’était totalement imprévisible »

Il y a vingt ans jour pour jour, un homme ouvrait le feu et déclenchait une bombe dans le Parlement cantonal de Zoug, faisant 14 morts. Le député jurassien Alain Schweingruber se souvient

Quatorze personnes avaient trouvé la mort dans la fusillade du 27 septembre 2001 à Zoug. (Photo : Urs Flueeler - Keystone, archive) Quatorze personnes avaient trouvé la mort dans la fusillade du 27 septembre 2001 à Zoug. (Photo : Urs Flueeler - Keystone, archive)

Il était 10h32 ce 27 septembre 2001, il y a tout juste 20 ans. Un homme habillé en policier pénétrait dans le Parlement cantonal de Zoug, muni de deux fusils et d’un pistolet. Ce Suisse de 57 ans ouvrait ensuite le feu au hasard, puis déclenchait une bombe artisanale avant de se donner la mort. Bilan de l’attaque : onze députés et trois Conseillers d’Etat tués, ainsi que dix-huit parlementaires et journalistes blessés. Dans une note de suicide, le tueur a décrit son action comme « un jour de colère pour la mafia de Zoug ». Pour évoquer cette journée d’horreur, Alain Schweingruber, député PLR au Parlement jurassien, était l’invité du journal de 12h15 de RFJ. Son témoignage :

/rch


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus