Une affaire de millions devant la justice

Le Tribunal pénal jurassien traite de plusieurs plaintes pour escroquerie et abus de confiance ...
Une affaire de millions devant la justice

Le Tribunal pénal jurassien traite de plusieurs plaintes pour escroquerie et abus de confiance notamment

Les parties plaignantes réclament plusieurs millions aux accusés (Photo : BNS) Les parties plaignantes réclament plusieurs millions aux accusés (Photo : BNS)

C'est une grosse affaire qui occupe le Tribunal pénal jurassien. Trois hommes comparaissent depuis ce mardi matin à Courgenay, à l'occasion d'une audience délocalisée. Onze parties plaignantes se sont manifestées. Sur le banc des accusés, les trois individus doivent répondre d'escroquerie. Deux d'entre eux sont aussi prévenus d'abus de confiance, de gestion fautive ou encore de faux dans les titres.


Sommes conséquentes

Ce sont des millions de francs qui sont aujourd'hui réclamés par les parties plaignantes. La plupart des chefs d'accusation remontent à une quinzaine d'années. Deux des trois prévenus étaient alors associés à la tête d'une société basée à Bassecourt et active principalement dans l'horlogerie. Ils sont notamment accusés d'avoir livré de fausses informations sur les capacités techniques de leur entreprise, ainsi que sur le potentiel de leur société. Les deux individus auraient ainsi obtenu plusieurs acomptes à hauteur de plusieurs millions de francs. Ils auraient aussi vendu des machines, alors que ces dernières n'étaient pas la propriété de leur société. Le troisième prévenu, lui, est accusé d'avoir facturé des prestations non effectuées ou surfaites, avec l'aide d'un des deux autres prévenus.


Longue série d'auditions

Lors de cette première journée d'audience, la présidente de la Cour Corinne Suter a recueilli de nombreux témoignages. Ce sont d'abord différentes parties plaignantes (notamment des entreprises actives dans l'horlogerie) qui ont justifié leurs plaintes et confirmé leurs demandes de dédommagements. La juge a dû jongler avec les très nombreuses pièces des différents dossiers. Elle a notamment tenté de déterminer les tâches attribuées à chacun des associés et à la nature de leurs relations. Ensuite, le prévenu sur lequel pèse une vingtaine de plaintes a longuement été entendu. Il a déclaré qu'il jouait sa vie lors de cette audience, prenant le soin de détailler de nombreux éléments des dossiers. S'il a reconnu avoir commis quelques fautes de jeunesse, il a fermement déclaré qu'il ne devait rien aux parties plaignantes, à une petite exception près. Le prévenu a ensuite pointé du doigt la manière de faire de certains clients - aujourd'hui plaignants - qu'il a qualifiée de non-correcte. Il n'a pas hésité à les traiter de clients ingérables, parlant de clients qui lâchent en cours de route ou qui ont des exigences de timing trop élevées. Certes, il a avoué que les acomptes payés par les clients à sa société étaient parfois utilisés par la société à sa guise. Mais, d'après lui, cette pratique est réglementaire et ça ne fait pas de lui un escroc... 


Compte tenu de la densité des dossiers, l'audience va se poursuivre ces prochains jours. /mle


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus