Delémont autorise les terrasses en hiver, sans chauffage

Les terrasses des cafés-restaurants sur l’espace publique pourront rester ouvertes jusqu’à ...
Delémont autorise les terrasses en hiver, sans chauffage

Les terrasses des cafés-restaurants sur l’espace publique pourront rester ouvertes jusqu’à fin mars, un soulagement pour certains restaurateurs qui y voient malgré tout quelques bémols

La café en terrasse ? Ce sera encore possible à Delémont cet hiver. La café en terrasse ? Ce sera encore possible à Delémont cet hiver.

Devant la situation exceptionnelle et les restrictions imposées par le pass sanitaire, le Conseil communal de Delémont a décidé de prolonger l’ouverture des terrasses au-delà du 31 octobre. Celles des cafés et restaurants qui se trouvent sur la voie publique pourront donc rester ouvertes cet hiver, de 6h le matin à 22h le soir jusqu’à fin mars, afin d’accueillir notamment les clients non-détenteurs du certificat Covid. « C’est la moins mauvaise décision », commente le maire de Delémont Damien Chappuis. Entre les restaurateurs qui espéraient pouvoir continuer à servir les clients sans pass sanitaire et des riverains qui ne veulent pas de nuisances sonores, il a fallu peser les différents intérêts.

Reportage

« On a pensé à la branche qui est fortement touchée actuellement donc on essaie de donner une toute petite bouffée d’oxygène bien qu’elle soit maigre. Et en limitant l’ouverture des terrasses à 22h, on permet une tranquillité du voisinage à partir de cette heure-là », explique le maire. Et c’est plutôt une bonne nouvelle pour Davina qui gère un café-restaurant près de la gare. « On a effectivement beaucoup moins de monde avec le pass Covid donc les gens restent justement dehors, quand il fait beau et bon on a du monde. Donc prolonger les terrasses, c’est pas mal... mais le problème est qu’il fait quand même froid », relève Davina alors que la Ville de Delémont n’autorise pas l’utilisation de chauffages extérieurs. Et c’est bien ce qui embête Sadia, restauratrice en vieille ville. « Le bémol, c’est l’interdiction de mettre un chauffage, même du chauffage vert ou à pellets. Alors qu’à Porrentruy, Bassecourt, ils ont le droit et pas nous », regrette la gérante.

Damien Chappuis : « Il faudra se réchauffer d'une autre manière »

Le plan climat delémontain est en effet plus sévère que la règle cantonale qui autorise les chauffages à énergie renouvelable. D’autres, comme Herbert qui tient un café-restaurant en vieille ville, ne prévoient même pas de profiter pleinement de l’autorisation d’ouvrir la terrasse durant l’hiver. « La moitié de ma terrasse, ce sont des bancs que je vais enlever à la fin du mois. Je laisserai éventuellement quelques tables le long de la façade mais ne mettrai pas de tentes parce que nous sommes en plein vent. Et je pense aussi que faire des terrasses pour ceux qui ne sont pas vaccinés, ce n’est pas faire avancer les choses à mon avis », lâche Herbert. On s’en doutait, mais la fréquentation des terrasses ces prochains mois risque bel et bien de déprendre fortement de la météo. Le petit extra des restaurateurs aussi. /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus