Un nouveau programme entre l’AJAM et AgriJura

Le programme « occupation de réfugiés dans l’agriculture » a vu ses chiffres baisser l’an dernier ...
Un nouveau programme entre l’AJAM et AgriJura

Le programme « occupation de réfugiés dans l’agriculture » a vu ses chiffres baisser l’an dernier. Les différents responsables de ce dernier souhaitent le transformer en programme d’emplois occasionnels

Jérémie Berberat (à gauche) et François Monin (à droite) ont présenté le nouveau programme mardi. Jérémie Berberat (à gauche) et François Monin (à droite) ont présenté le nouveau programme mardi.

La 5e saison du programme « occupation de réfugiés dans l’agriculture » se termine sur un bilan mitigé. L’Association jurassienne d’accueil des migrants (AJAM) et AgriJura ont présenté mardi les chiffres du dernier exercice. Ces derniers montrent qu’il y a de moins en moins de personnes issues de la migration disponibles. Ce programme d’occupation permet de mettre à disposition des agriculteurs de la main d’œuvre pour des tâches qui ne nécessitent aucune formation préalable. Mais aux vues des derniers résultats, les responsables du programme ont décidé de le changer en programme d’emplois occasionnels. Le président d’AgriJura, François Monin explique les grandes lignes de ce projet :

Ce programme profitera donc d’avantage aux agriculteurs comme le souligne François Monin. Mais il y aura aussi passablements d’avantages pour l’AJAM puisque plus de monde sera employé. Au niveau des statistiques, « sur le taux d’activités lucratives », on va augmenter dans le canton du Jura « donc ça, c’est très appréciable », selon le responsable du domaine de l’intégration Jérémie Berberat. Mais il précise également que ce sera très avantageux pour les personnes migrantes :

Ce nouveau programme pourrait donc ouvrir de nouvelles perspectives d’avenir pour les personnes qui y participent. En tout cas, Jérémie Berberat « espère » que plus de contrats de travail vont être créés pour les migrants :

Seules des contraintes administratives posent encore problème. Mais les différents acteurs font tout pour trouver des solutions adéquates. /lge


 

Actualités suivantes