La vente de Stockmar acceptée par le Conseil de ville de Porrentruy

Le législatif bruntrutain a validé jeudi soir la vente du bâtiment pour un million de francs ...
La vente de Stockmar acceptée par le Conseil de ville de Porrentruy

Le législatif  bruntrutain a validé jeudi soir la vente du bâtiment pour un million de francs à la CESAC, la Communauté scolaire de l’Ecole secondaire d’Ajoie et du Clos-du-Doubs

 La vente du collège Stockmar a été validée à l'unanimité jeudi soir par le Conseil de ville de Porrentruy (Photo : archives) La vente du collège Stockmar a été validée à l'unanimité jeudi soir par le Conseil de ville de Porrentruy (Photo : archives)

La vente du Collège Stockmar par la ville de Porrentruy a franchi une nouvelle étape jeudi soir. Le Conseil de ville s’est prononcé à l’unanimité en faveur de la vente du complexe scolaire à la CESAC, la Communauté scolaire de l’Ecole secondaire d’Ajoie et du Clos-du-Doubs. Le montant de la transaction est de 1 million de francs. La ville reste propriétaire du terrain et percevra un droit de superficie de 30'000 francs par année durant 50 ans. Tous les groupes ont soutenu la proposition du Conseil municipal, en soulignant notamment que la ville n’avait effectivement pas les ressources financières pour assurer les rénovations nécessaires dans le collège, tandis que la CESAC dispose des moyens de le faire.


Que faire de l’Inno ?

Un autre bâtiment s’est invité sur la table du Conseil de ville jeudi soir. Le bâtiment qui abrite actuellement le centre commercial de l’Inno à la rue Pierre-Péquignat était au centre d’une motion déposée par le PCSI. Le groupe souhaitait que la ville acquière le bâtiment en question pour « trouver une utilité à cet immeuble central dont la situation actuelle a des conséquences néfastes pour l’urbanisme de la ville » a déclaré Pierre-Olivier Cattin. Pour le maire de Porrentruy, Gabriel Voirol, un tel achat n’est pas opportun. « La municipalité n’a pas besoin de davantage d’espace. De plus, si la commune cherche à vendre le collège Stockmar, ce n’est pas pour acheter un autre bâtiment encore plus cher juste après. » Un avis partagé par les groupes PLR et PDC-JDC qui reconnaissent le caractère central du bâtiment mais qui estiment que la ville n’a pas les moyens financiers aujourd’hui pour acheter un tel bâtiment. Le groupe PS-Les Verts a de son côté soutenu la motion du PCSI. Pour Lisa Raval, « ce bâtiment central mérite l’attention. Il faut se questionner sur son avenir, particulièrement dans le cadre du projet coeur de ville. » La motion a été refusée par 23 voix contre 14. /tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus