Transparence des partis : « Ce n’est pas tabou de parler d’argent ! »

Auteur de l’initiative « Partis politiques : place à la transparence » soumise au vote le 13 ...
Transparence des partis : « Ce n’est pas tabou de parler d’argent ! »

Auteur de l’initiative « Partis politiques : place à la transparence » soumise au vote le 13 février prochain, le PSJ a lancé sa campagne avec les Verts, le CS-POP, le PCSI, le PVL et le PEV

Thierry Cortat (CS-POP), Thomas Schaffter (PCS), Sonia Burri-Schmassmann (Vert.e.s), Jämes Frein (président du PSJ), Elisabeth Baume-Schneider (Conseillère aux Etats du PSJ), Philippe Siraut (PEV) et Didier Receveur (PVL, de gauche à droite) militent tous pour davantage de transparence au sein des partis jurassiens. Thierry Cortat (CS-POP), Thomas Schaffter (PCS), Sonia Burri-Schmassmann (Vert.e.s), Jämes Frein (président du PSJ), Elisabeth Baume-Schneider (Conseillère aux Etats du PSJ), Philippe Siraut (PEV) et Didier Receveur (PVL, de gauche à droite) militent tous pour davantage de transparence au sein des partis jurassiens.

Les partisans de l’initiative cantonale « Partis politiques : place à la transparence » entrent en scène ce mardi. Les Jurassiens se prononceront le 13 février sur le texte du Parti socialiste, qui veut que les formations politiques et les organisations qui participent à des campagnes publient leurs comptes annuels et indiquent leurs sources de financement. « Ce n’est pas tabou de parler d’argent ! », a notamment déclaré la Conseillère aux Etats Elisabeth Baume-Schneider. « La transparence est un élément essentiel à la démocratie pour se forger une opinion critique et objective », a ajouté le président du PSJ Jämes Frein.

Le Parti socialiste s’est mis en campagne avec l’appui – à gauche – des Verts, du CS-POP et du PCSI. Il est également soutenu par des partis du centre, comme les Verts-libéraux et le Parti évangélique. Le président du PEV, Philippe Siraut :

« Il y a des choses qui ne sont pas visibles et qui devraient l’être »

Le texte du Parti socialiste a toutefois un obstacle devant lui : il fait face à un contre-projet du Parlement. La majorité de droite estime que l’initiative rédigée en termes généraux pose des règles qui restreignent trop le débat pour sa réalisation. La limite fixée à 750 francs pour briser l’anonymat des dons (personnes physiques) est notamment en ligne de mire. Malgré cela, le PVL – formation de centre-droite – soutient l’initiative du PSJ. Le président vert-libéral, Didier Receveur :

« Il faut fixer des limites »

Pour le PSJ, le contre-projet proposé par le Parlement vide l’initiative de sa substance. « C’est un projet au rabais, qui ne met pas de contrainte. Il est contraire à la volonté des signataires », a encore dit le président socialiste Jämes Frein. /rch

RFJ organise un débat au sujet de l’initiative « Partis politiques : place à la transparence » le mardi 25 janvier à 7h15, dans la Matinale. Nos invités : Fabrice Macquat (député PS/pour l’initiative) et Serge Beuret (député PDC/pour le contre-projet).


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus