Des étudiants du CEJEF construisent un satellite

Quatre jeunes hommes travaillent actuellement sur un satellite miniature et vont tenter de ...
Des étudiants du CEJEF construisent un satellite

Quatre jeunes hommes travaillent actuellement sur un satellite miniature et vont tenter de remporter le concours SwissCanSat, organisé par la HES-SO

Diego, Alan, Samy et leur professeur René Grossmann jettent un oeil sur les composés électroniques de leur satellite. Diego, Alan, Samy et leur professeur René Grossmann jettent un oeil sur les composés électroniques de leur satellite.

Des étudiants du CEJEF s’apprête à lancer un satellite miniature. Quatre jeunes de la division technique participent au concours SwissCanSat, organisé par la HES-SO. C’est la première fois que ce concours a lieu en Suisse. Les participants doivent construire un satellite de la taille d’une cannette de soda. A Porrentruy, les garçons y travaillent depuis 5 semaines avec leur tuteur René Grossmann.

Un projet idéal pour des apprentis électroniciens

C'est donc un projet miniature, mais qui ne manque pas d'envergure. Les circuits imprimés sont bardés de fils multicolores, les schémas s'enchaînent sur le tableau blanc, et les calculs se multiplient. Le mini satellite devra pouvoir récolter des données, comme la température et la pression de l’air. L’équipe menée par le professeur d’électronique René Grossmann a aussi décidé de programmer la machine pour qu’elle enregistre le CO2 présent dans l’air et l’humidité. Pour l’enseignant, ce projet est idéal pour entrainer les électroniciens en herbe : « L'intérieur du satellite est fait de composés électroniques qui mesurent des grandeurs physiques et les traduisent en signaux électriques. On doit les brancher ensemble, les programmer... c'est un travail commun pour un électronicien. Ce qui change dans ce projet, ce sont notamment les contraintes mécaniques... Notre satellite doit être solide, notamment pour l'atterrissage ! »


Encore du boulot...

Le projet permet aussi aux jeunes de travailler en groupe, ce qui est assez rare selon Alan, étudiant. La dynamique s'en trouve renforcée, même si la crise du coronavirus a un peu chamboulé l'équipe : certains ont été absents plusieurs jours, ont dû avancer sur le projet depuis la maison... Il y a encore beaucoup à faire, mais selon René Grossmann, le mini satellite devrait être prêt à temps, en avril. 

« Il faudra faire des crash tests, pour voir si notre satellite est assez solide ! »

Les garçons ont d'ailleurs créé une page Facebook pour suivre l'avancée de leur projet. 

Au total, 15 équipes participent au SwissCanSat, ce qui représente 90 élèves environ. Ils se retrouveront en avril à Payerne, à la station de sondage aérologique de MétéoSuisse pour lancer leurs satellites miniatures à plus d’un km d’altitude. L’équipe gagnante sera invitée à participer à la finale européenne en juin 2022. /cto


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus