Le casse-tête des répétitions de fanfare

Alors que les fanfares donnent d’habitude un concert au printemps, le maintien de la règle « ...
Le casse-tête des répétitions de fanfare

Alors que les fanfares donnent d’habitude un concert au printemps, le maintien de la règle « 2G+ » bouleverse le calendrier

Dans l'impossibilité de garder le masque, les musiciens sont soumis à la règle « 2G+ ». (Photo d'illustration) Dans l'impossibilité de garder le masque, les musiciens sont soumis à la règle « 2G+ ». (Photo d'illustration)

La « 2G+ » est aussi contraignante pour le monde de la musique. Il n’y a pas que le sport amateur qui souffre des mesures contre le Covid 19, l’univers des fanfares est également confronté à cette problématique. Les musiciens, qui doivent tomber le masque pour jouer de leur instrument, ont l’obligation d’être vaccinés ou guéris depuis moins de 4 mois. Le Conseil fédéral a décidé de maintenir cette règle jusqu’à fin mars. Les sociétés, qui espèrent toujours donner un concert ces prochaines semaines, doivent se résoudre à répéter sans pouvoir compter sur la présence de tous leurs membres.


Maintenir une activité

L’ensemble de cuivres La Covatte a ainsi repris le chemin des répétitions, même si plusieurs musiciens manquent à l’appel. Pour le directeur de la fanfare de Coeuve, Boris Oppliger, il s’agit de « maintenir une activité régulière ». Les annulations et reports de concerts pèsent sur le moral : « le manque d’objectifs sûrs, c’est très démotivant », confie le chef d’orchestre.


Un bon espoir

Rasséréné par les prestations de l’Ensemble de cuivre jurassien, le président de la FJM a bon espoir. Jean-Pierre Bendit de la Fédération jurassienne de musique prend l’exemple de l’ECJ, soumis à la règle « 2G+ », qui a donné plusieurs concerts le week-end dernier au Théâtre du Jura. Selon lui, de plus en plus de musiciens sont soit guéris, soit fraîchement vaccinés. Loin de voir le verre à moitié vide, l’Ajoulot estime que la situation est bien meilleure qu’il y a quelques mois. Jean-Pierre Bendit rappelle que les fanfares ont eu l’interdiction de répéter au début de la pandémie, puis ont été soumises à des règles bien plus contraignantes. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus