Le CCDP n’a pas retrouvé son public d’avant crise

Le Centre culturel du district de Porrentruy enregistre une nette baisse d’affluence sur la ...
Le CCDP n’a pas retrouvé son public d’avant crise

Le Centre culturel du district de Porrentruy enregistre une nette baisse d’affluence sur la saison écoulée. La directrice évoque des séquelles du Covid et réfute l’idée d’une concurrence trop forte avec le Théâtre du Jura

« STEPS : OÜM » de la compagnie Massala, pourtant reconnue en Suisse romande, a peiné à attirer le public à Porrentruy. (Photo : Elian Bachini) « STEPS : OÜM » de la compagnie Massala, pourtant reconnue en Suisse romande, a peiné à attirer le public à Porrentruy. (Photo : Elian Bachini)

Le milieu culturel n’a visiblement pas encore pansé toutes ses plaies après le Covid. Le Centre culturel du district de Porrentruy (CCDP) accuse une nette perte d’affluence sur la saison 2021-2022 qui vient de s’écouler. « Il y a clairement un avant et un après Covid », observe la directrice du CCDP Marie-Claire Chappuis. Alors que la salle de l’Inter affichait régulièrement complet depuis son ouverture en 2016 jusqu’en 2020, la remplir est désormais une exception.


Une chute d’un tiers de l’affluence

« La baisse se situe environ à un tiers de salle en moins dans la majorité des lieux de spectacle. Cela nous déconcerte et nous stresse un peu, il ne faudrait pas que cette tendance se prolonge », alerte Marie-Claire Chappuis. Les spectacles de danse, entre autres, peinent à attirer le public qui se déplace davantage pour les humoristes de renom. Outre les restes de la crise sanitaire, cette saison a également vu l’avènement du Théâtre du Jura, vite devenu un acteur majeur de l’offre culturelle dans la région. Une concurrence trop rude ? La directrice du CCDP réfute l’idée que l’institution delémontaine fasse désormais de l’ombre aux autres centres culturels.


Pas de concurrence du TDJ mais « un équilibre à créer »

« On n’a pas assez de recul pour affirmer cela maintenant. On se parle régulièrement, on se concerte pour nos programmations afin d’éviter les collisions et surtout d’être en cohérence et en complémentarité. C’est notre vœu. Mais c’est clair que cette grande structure a modifié le paysage culturel, il y a maintenant un équilibre à créer autour du TDJ pour que tout le monde trouve sa place et se réajuste », confie Marie-Claire Chappuis. Les deux entités vont donc mettre en place une billetterie commune cet été, ce qui devrait conférer une visibilité accrue à la programmation ajoulote qui va par ailleurs lancer pour la première fois une formule d’abonnement pour la saison prochaine. /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus