Un hiver fatal à plus de 30% des abeilles jurassiennes

Le recensement de la Fondation rurale interjurassienne montre que certaines ruches ont enregistré ...
Un hiver fatal à plus de 30% des abeilles jurassiennes

Le recensement de la Fondation rurale interjurassienne montre que certaines ruches ont enregistré d’importantes pertes. Les mauvaises conditions météo ont pesé dans la balance, mais aussi certaines lacunes au niveau de la formation selon la FRI 

Les pertes ont été conséquentes cet hiver dans les ruches de la région. (Photo d'illustration). Les pertes ont été conséquentes cet hiver dans les ruches de la région. (Photo d'illustration).

L’hiver a été rude pour les abeilles jurassiennes. Plus de 30% de pertes ont été enregistrées dans les ruches du canton, selon le recensement de la Fondation rurale interjurassienne. C’est environ le double du chiffre enregistré en moyenne les autres années. Le nord de l’Ajoie a particulièrement souffert alors que les Franches-Montagnes s’en sortent plutôt bien. Pour Yann-David Varennes, conseiller agricole à la FRI, les mauvaises conditions météo du printemps et de l’été passés peuvent expliquer cette situation. « Ce sont des mois où les abeilles récoltent et se reproduisent. C’était vraiment compliqué », souligne-t-il, notamment pour trouver de la nourriture. 


De fortes disparités entre apiculteurs

Certains apiculteurs ont tout perdu alors que d’autres ont réussi à conserver l’ensemble de leurs ruches. Selon le responsable des projets apicoles à la FRI, il semble donc clair que la pluie et les températures fraîches n’expliquent pas à elles seules les chiffres de cet hiver. Gérald Buchwalder évoque la possibilité de colonies davantage chargées en acariens ou en virus après l’hiver 2020-2021 qui a été marqué par des pertes très faibles. « On a aussi vu que ceux qui respectaient bien les processus conseillés par Berne s’en sortaient nettement mieux », explique le spécialiste. Ce dernier estime ainsi que certaines lacunes au niveau de la formation sont probablement également en cause.

Gérald Buchwalder : « Certains apiculteurs sont meilleurs que les autres, il faut aller chercher des informations vers ces gens-là »

Gérald Buchwalder estime qu’il est nécessaire d’aller chercher des informations vers les apiculteurs qui ne perdent quasiment jamais de colonies et qui sont dispersés sur tout le territoire cantonal. « La FRI pourrait mettre davantage de moyens pour essayer de vulgariser leurs connaissances », indique le responsable des projets apicoles à la Fondation rurale interjurassienne. Selon lui, un tel travail devrait être mené en collaboration avec la Fédération d’apiculture du canton du Jura.

Notez que les apiculteurs ont l’obligation de participer au recensement. La démarche se fait par le biais d’une plateforme développée par la FRI et le canton de Vaud. /alr

(Photo : Fondation Rurale Interjurassienne ) (Photo : Fondation Rurale Interjurassienne )


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus