Les Aidjolats disent adieu à la scène

L'orchestre de musique populaire a joué une dernière fois devant un public de 500 personnes ...
Les Aidjolats disent adieu à la scène

L'orchestre de musique populaire a joué une dernière fois devant un public de 500 personnes, samedi, à Alle

Josy Comment, André Rossé, Jacques Edmond-Nussbaumer et Philippe Rondez ont interprété les tubes des Aidjolats à Alle samedi soir, lors d'un ultime concert. Josy Comment, André Rossé, Jacques Edmond-Nussbaumer et Philippe Rondez ont interprété les tubes des Aidjolats à Alle samedi soir, lors d'un ultime concert.

Ils sont aussi vieux que les Rolling Stones, un poil moins rock'n'roll : les Aidjolats ont fait leurs adieux à la scène samedi soir, lors d'un ultime concert, à Alle. Les quatre membres de l'orchestre ajoulot ont décidé d'arrêter leur carrière, après 57 ans de musique populaire. André Rossé, Josy Comment, Philippe Rondez et Jacques Edmond-Nussbaumer ont entonné « La Belle Ajoie » et d'autres succès devant plus de 500 personnes samedi. Un peu avant de monter sur scène, André Rossé est revenu sur l'histoire des Aidjolats. Tout a commencé en 1965, avec les frères Nyffeler :

« On a eu la chance de visiter une grande partie du monde en musique et beaucoup de gens nous suivaient ! »

« C’est le patron de l’Hôtel du bœuf à Courgenay qui nous a lancés en 1965 », explique André Rossé. Mariages, bals, fêtes de village, les Aidjolats ont alors fait danser des centaines de Jurassiens. « A l’époque, les gens sortaient et s’amusaient, ils savaient danser ! », se souvient le membre fondateur de l’orchestre ajoulot. « Aujourd’hui, les jeunes n’attendent plus les Aidjolats, le monde musical a changé. On ne réussit pas à absorber cette génération », admet André Rossé, qui précise encore que le groupe prend sa retraite pour des raisons de santé et de vieillesse.


Beaucoup de beaux souvenirs

Les quatre musiciens gardent d’excellents souvenirs : « On a eu la chance de beaucoup voyager, on était partenaires d’un groupe de croisières qui nous a menés jusqu’en Amérique du Sud, dans des îles, le long de plusieurs fleuves. » Sur certains bateaux, plusieurs centaines de personnes ont applaudi les Aidjolats, qui s’occupaient des soirées dansantes : « On a vécu plein de belles aventures grâce au public, à qui on dit merci ! Et merci aussi à nos femmes, qui ont accepté qu’on soit si peu présents à la maison », ajoute André Rossé dans un rire. Si les Aidjolats quittent le monde musical, ils assurent qu’ils continueront à se voir : « Nous boirons des coups… tous ceux qu’on n’a pas pu boire pendant nos concerts », plaisante André Rossé. /cto


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus